Covid-19 : comment les inquiétudes autour du vaccin AstraZeneca pourraient laisser des traces dans l'opinion publique

franceinfo
·1 min de lecture

Une polémique de plus liée au vaccin AstraZeneca contre le Covid-19. Plusieurs pays européens, dont le Danemark, ont décidé jeudi 11 mars de mettre en pause la distribution du vaccin développé au Royaume-Uni avec l'université d'Oxford. En cause : un lien possible avec la formation de caillots sanguins chez certains patients.

>> Covid-19 : les dernières informations sur l'épidémie en direct

Si la France n'a pour l'instant pas décidé d'emboîter le pas à ses voisins européens, le vaccin est déjà perçu par certains Français comme moins efficace que ses concurrents. Une tendance qui pourrait se renforcer, selon Jocelyn Raude, spécialiste du sujet et chercheur à l'Ecole des hautes études en santé publique (EHESP) située à Rennes.

Franceinfo : Cette dernière controverse autour du vaccin AstraZeneca risque-t-elle de favoriser une sorte de scepticisme vaccinal en France ?

Jocelyn Raude : On sait que d'une manière générale, il y a une hypersensibilité de la population française aux signaux de risques autour des vaccins. Avant même cette alerte, il y avait déjà des controverses qui avaient émergé même si elles n'étaient pas forcément fondées sur des preuves très solides. Je pense notamment aux soignants, qui s'étaient plaints de syndromes grippaux après avoir été vaccinés.

On avait déjà observé certaines réticences par rapport à ce vaccin en particulier chez une partie de la population. On peut donc s'attendre, chez les gens qui sont déjà un peu réticents, à ce qu'il y ait une baisse (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi