Covid-19 : l'infection entraîne plus d'effets indésirables que le vaccin

·3 min de lecture
Photo d'illustration

Une vaste étude auprès de plus de 2 millions de personnes montre que les complications après l'infection sont plus nombreuses qu'après la vaccination.

C'est une étude qui va rassurer ceux qui craignent le risque d'avoir des effets indésirables liés à vaccination. Menée auprès de plus de 2 millions de personnes en Israël, l'étude publiée dans le New England Journal of Medecine a comparé la survenue d'évènements indésirables après la vaccination et après l'infection, comparé à la survenue de cet évènement dans la population.

Quatre groupes ont été constitués : deux, composés chacun de 884 828 personnes, d'un côté de non-vaccinés et de l'autre de vaccinés. Deux autres groupes, de chacun 173 106 personnes avec d'un côté des personnes infectées par le SARS-COV-2 et de l'autre des non-infectés.

Plus de risque de myocardite après une infection qu'après le vaccin

Dans leurs conclusions, les auteurs observent qu'il y a plus de risque de faire une myocardite en attrapant le Covid qu'en étant vacciné. Pour 100 000 personnes vaccinées, les auteurs de l'étude ont relevé 2,7 cas de myocardites de plus que chez 100 000 personnes non vaccinées. 

En revanche, pour 100 000 personnes infectées par le SARS-COV-2, les auteurs de l'étude ont observé 11 cas de myocardite de plus que chez 100 000 personnes non-infectées.

La rare survenue de myocardite chez des patients vaccinés, le plus souvent de jeunes adultes, était l'une des raisons avancées par certains pour refuser la vaccination. Mais l'étude ne s'arrête pas à l'emblématique cas de la myocardite.

D'autres effets indésirables sont également étudiés

Les auteurs remarquent que "l'infection par le SRAS-CoV-2 augmente considérablement le risque de plusieurs d'entre eux pour lesquels la vaccination n'a pas augmenté le risque", comme la péricardite, l'arythmie, la thrombose veineuse profonde, l'infarctus du myocarde, l'hémorragie intracrânienne et thrombocytopénie ou encore les embolies pulmonaires.

À LIRE AUSSI >> Covid-19 : ce que dit vraiment l'étude sur les effets secondaires du vaccin de Pfizer

Pour 100 000 personnes vaccinées, les auteurs de l'étude ont relevé 1 cas de d'embolie pulmonaire de moins que chez 100 000 personnes non vaccinées. En revanche, pour 100 000 personnes infectées par le SARS-COV-2, les auteurs de l'étude ont observé 62 cas d'embolie pulmonaire de plus que chez 100 000 personnes non-infectées.

Certains effets secondaires sont en revanche plus importants chez les personnes vaccinées que chez les personnes infectées. C'est le cas du gonflement des ganglions (lymphadénopathie), un effet secondaire bénin mais plus fréquent après la vaccination.

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles