Covid-19 : les indicateurs de l'épidémie sont-ils si mauvais ?

Par Thibaut Déléaz
·1 min de lecture
Les Français se sont fait massivement dépister avant les fêtes. (Photo d'illustration)
Les Français se sont fait massivement dépister avant les fêtes. (Photo d'illustration)

Vers un troisième confinement ? Le ministre de la Santé Olivier Véran n'écarte pas l'idée. Dans un entretien au Journal du dimanche le 27 décembre, il affirme ne pas exclure cette solution si la situation venait à s'aggraver. Il faut dire que le taux d'incidence du Covid-19 (le nombre de nouveaux cas pour 100 000 habitants sur sept jours) augmente depuis plusieurs semaines : il était de 146,9 le 20 décembre, contre seulement 119,4 une semaine plus tôt. En comparaison, il était de 493,6 le 29 octobre, à la veille du reconfinement. Le nombre de cas détectés augmente lui aussi : 14 000 cas étaient détectés en moyenne chaque jour (sur sept jours glissants) à la veille de Noël, contre environ 11 000 après l'allègement du confinement fin novembre.

Mais ces chiffres sont à prendre avec précaution. Notamment parce qu'après le déconfinement et à l'approche des fêtes, les Français ont eu massivement recours aux tests. Et plus on teste, plus on trouve de cas. Du 14 au 29 décembre, 2,4 millions de tests PCR et antigéniques ont été réalisés en France, contre seulement 1,4 million la semaine précédente, selon Santé publique France. Et si les chiffres de la semaine de Noël ne sont pas encore totalement disponibles, les premiers jours montrent une véritable ruée sur les tests : 2,6 millions de Français ont été testés en seulement quatre jours, du 12 au 24 décembre, soit plus que sur toute la semaine précédente.

Lire aussi Test anti-Covid : « Depuis une semaine, ça n'ar [...] Lire la suite