Covid-19 en Inde : critiqué, le gouvernement censure les réseaux sociaux

Par LePoint.fr
·1 min de lecture
Le gouvernement du Premier ministre Narendra Modi a demandé à Facebook, Instagram et Twitter de supprimer une centaine de posts qui critiquaient sa gestion de la crise sanitaire, alors que le pays fait face à une deuxième vague dévastatrice.
Le gouvernement du Premier ministre Narendra Modi a demandé à Facebook, Instagram et Twitter de supprimer une centaine de posts qui critiquaient sa gestion de la crise sanitaire, alors que le pays fait face à une deuxième vague dévastatrice.

Face à la fronde de ses habitants qui réprimandent massivement sa gestion de la crise sanitaire, le gouvernement indien a décidé de faire censurer les critiques à son encontre sur les réseaux sociaux. Comme le rapporte The New York Times dans un article repéré par Le Monde, le gouvernement du Premier ministre Narendra Modi a récemment demandé à Facebook, Instagram et Twitter de supprimer une centaine de posts qui fustigeaient ses choix pour endiguer l'épidémie du Covid-19.

Alors que l'Inde fait face à une deuxième vague dévastatrice de Covid-19 avec plus de deux millions de nouveaux cas en seulement sept jours, l'État indien a justifié cette censure par le « risque d'incitation à la panique, l'utilisation d'images hors contexte, et le risque que ces messages entravent son action face à la pandémie », indique le quotidien américain. Les messages en question ont donc été supprimés des trois réseaux sociaux. Ils ne sont plus visibles auprès des internautes indiens mais restent accessibles pour ceux qui se connectent depuis l'étranger.

À LIRE AUSSINew Delhi, capitale du Covid-19

Critiqué pour avoir organisé de grands rassemblements politiques sans se soucier de l'éloignement social, mais aussi ignoré les conseils d'experts scientifiques sur les risques d'assouplissement des restrictions, Narendra Modi voit se multiplier les contenus pointant du doigt un système de santé vacillant.

Des critiques de l'opposition censurées

Parmi les contenus censurés, certains ont é [...] Lire la suite