Covid-19 en Inde : arrivée de l'aide internationale, dont un avion français

·3 min de lecture

Un avion français apportant des équipements médicaux est arrivé en Inde, dimanche, renforçant ainsi l'aide internationale apportée depuis quelques jours dans un pays qui a une nouvelle fois, la veille, enregistré plus de 400 000 contaminations au Covid-19.

L'aide internationale continuait, dimanche 2 mai, d'arriver en Inde, où la vaccination a été étendue à tous les 600 millions d'adultes malgré la pénurie de vaccins, face à des niveaux record de contaminations au Covid-19.

En première ligne face à la pandémie avec le Brésil, l'Inde a encore enregistré près de 400 000 nouvelles contaminations ces dernières 24 heures, après un record mondial de 401 993, la veille, a annoncé le ministère de la Santé.

Dimanche, le pays comptait aussi 3 689 décès supplémentaires, soit la plus forte augmentation jamais répertoriée en une journée, portant le bilan total à plus de 215 000 morts.

Au total, plus de 151 millions de personnes ont été contaminées dans le monde depuis fin 2019, dont plus de 3,18 millions sont décédées, selon un bilan de l'AFP samedi.

>> À voir : Covid-19 en Inde : la course à l'oxygène

L'aide médicale internationale, annoncée par plus de 40 pays, a commencé à parvenir cette semaine. Un avion militaire américain transportant plus de 400 bouteilles d'oxygène et un million de tests de dépistage du coronavirus avait atterri vendredi à New Delhi. Un avion allemand avait suivi samedi.

Arrivée de l'aide française

Dimanche matin, c'est un appareil français qui s'est posé dans la capitale indienne avec 28 tonnes d'équipement médical, dont huit générateurs d'oxygène de grande capacité, pouvant chacun alimenter en continu un hôpital indien de 250 lits, selon les autorités françaises.

"L'Inde nous a aidés l'année dernière dans les hôpitaux français, quand les besoins en médicaments étaient énormes. Le peuple français s'en souvient", a déclaré dimanche Emmanuel Lenain, l'ambassadeur de France en Inde.

"Le Royaume-Uni sera toujours là pour l'Inde quand elle en a besoin"

Le Royaume-Uni va quant à lui envoyer 1 000 respirateurs supplémentaires en Inde, actuellement submergée par la pandémie de coronavirus, a annoncé dimanche le gouvernement britannique.

"Le Royaume-Uni sera toujours là pour l'Inde quand elle en a besoin", a déclaré dans un communiqué le Premier ministre britannique, Boris Johnson, qui avait dû annuler son déplacement en Inde en raison de la flambée de la pandémie dans le pays.

Frappé par les "terribles images", "d'autant plus fortes" en raison des liens qui unissent les populations des deux pays, le chef du gouvernement conservateur s'est dit "profondément ému" par la vague de soutien britannique envers l'Inde, se félicitant que le gouvernement fournisse une aide qui permettra de "sauver des vies".

Boris Johnson doit s'entretenir mardi avec son homologue indien Narendra Modi, pour "approfondir la coopération entre les deux pays, notamment pour lutter contre la pandémie de coronavirus", selon Downing Street.

Dans l'immense pays de 1,3 milliard d'habitants, plusieurs États ont prévenu qu'ils étaient à court de vaccins.

Jusqu'à présent, environ 150 millions de vaccins ont été administrés, ce qui représente 11,5 % de la population, et à peine 25 millions d'Indiens ont reçu leurs deux doses.

Pour tenter d'alléger la pression sur les services de santé, les autorités de New Delhi ont annoncé la prolongation d'une semaine du confinement, qui devait s'achever lundi, dans la mégapole de 20 millions d'habitants, où les tests montrent un taux de positivité de presque 33 %.

Les hôpitaux de la ville, submergés, manquent de lits, de médicaments et d'oxygène. Des malades meurent devant les établissements sans pouvoir être soignés. Nombre de cimetières de New Delhi sont désormais pleins et les crématoriums fonctionnent en continu, brûlant parfois des corps sur des terrains vagues ou des parkings.

Avec AFP