Covid-19 en Inde: à Bangalore, les plus pauvres refusent de se faire tester

·2 min de lecture

En Inde, la pandémie semble ralentir depuis plusieurs semaines. Mais une grande partie de la population pourrait bien échapper aux tests. Exemple à Bangalore, où les plus pauvres refusent d’être testés par peur d’être envoyés en quarantaine.

Avec notre correspondant à Bangalore, Côme Bastin

Le long de la grande artère du bidonville de Banaswadi, elles sont six volontaires de l’ONG Fedina à proposer des tests Covid-19 gratuits. Pourtant, les habitants passent mais ne s’arrêtent pas. Une bénévole se désespère : « En ce moment, on nous regarde en chien de faïence, j’ai l’impression d’être un démon... »

Buvant son thé à quelques mètres du stand de l’ONG, un ouvrier du bâtiment s’explique : « Pourquoi irai-je me faire dépister alors que je n’ai pas de symptômes ? On va m’enfermer en quarantaine et je ne pourrai plus nourrir ma famille. »

Shoba, 28 ans, gère les volontaires de l’ONG. Elle essaie de rassurer la population locale. « Nous faisons du porte-à-porte. Nous expliquons que la quarantaine peut être faite à domicile et que des rations de lentilles leurs seront fournies. »

La société civile laissée seule face au problème

Un peu plus loin, Shoba accompagne une maraude qui procède à de simples prises de températures. Mais les habitants mentent sur leurs coordonnées pour y échapper.

Pour la docteure Sylvia Karpagam, qui travaille auprès des communautés défavorisées, le gouvernement doit d’abord éduquer la population face au virus. « La crainte des tests existe partout dans la ville, explique-t-elle. Mais le gouvernement laisse la société civile gérer le problème seule. »

La ville de Bangalore a ouvert des centres de tests Covid gratuits pour ses 12 millions d’habitants. Encore faut-il qu’ils s’y rendent.

À lire aussi : Inde: confrontée à une hausse des cas de Covid-19, Bangalore peine à imposer le port du masque