Covid-19 : quel impact pour les nouvelles mesures de restriction ?

Il y a près de dix jours, le gouvernement a pris le pari de freiner l'épidémie de Covid-19 sans enfermer les Français des 16 départements les plus touchés par le virus. Malgré les nouvelles mesures de restriction, la situation continue de se dégrader dans les services de réanimation. Le 20 mars, dans les Hauts-de-France, 529 lits étaient occupés, contre 621 dimanche 28 mars. En Île-de-France, 1 261 lits étaient pris, contre 1 465 le 28 mars. 640 cas pour 100 000 habitants en Île-de-France Alors, les médecins redoutent les jours à venir. "La situation va malgré tout s'aggraver car aujourd'hui, nous observons les effets des contaminations d'il y a quinze jours. Ce qu'il faudrait, c'est que ça n'aille pas plus loin", affirme le professeur Bruno Megarbane, chef du service de réanimation à l'hôpital Lariboisière AP-HP, qui préconise des mesures plus strictes. Concernant les taux d'incidence, aucune amélioration n'a été constatée pour l'instant. L'Île-de-France est passée de 570 cas pour 100 000 habitants à 640 cas. Si l'impact de ces mesures de freinage reste insuffisant, la question du reconfinement sera remise sur la table. "Ce qui inquiète beaucoup les experts, dans les modalisations, c'est que si on ne prend pas de mesures de restriction supplémentaires, à la fin du mois de mai, ce n'est pas 10 000, ni 13 000, mais 60 000 admissions hebdomadaires de patients gravissimes peut-être, pour certains", appuie le journaliste et médecin Damien Mascret, en direct pour le 19/20.