Covid-19 : l’immunité durerait en réalité… plus de huit mois

Johanna Amselem
·2 min de lecture
Microscopic view of Novel Coronavirus (2019-nCoV), Flu or SARS virus.

Une étude publiée à la fin du mois de décembre révèle que les cellules B mémoire resteraient présentes jusqu'à huit mois après l'infection.

C’est un chiffre qui est largement scruté depuis le début de l’épidémie de Covid-19. Combien de temps dure l’immunité après une infection au virus. Des chercheurs australiens ont (peut-être) trouvé la réponse.

Pour la première fois, ces derniers ont révélé que les personnes qui ont été infectées par le nouveau coronavirus ont une mémoire immunitaire pour se protéger contre une réinfection pendant au moins… huit mois. De précédentes études avaient montré que la première vague d'anticorps diminuait après les premiers mois, ce qui faisait craindre que les gens perdent rapidement leur immunité.

Cette étude est le résultat d'une collaboration multicentrique dirigée par le professeur agrégé Menno van Zelm, du département d'immunologie et de pathologie de l'Université Monash, avec l'Alfred Research Alliance entre l'Université Monash, l'hôpital Alfred et le Burnet Institute. Elle a été menée sur une cohorte de 25 patients touchés par le virus sur qui 36 échantillons ont été prélevés quatre jours après l’infection puis 242 jours après. Les conclusions ont été publiées à la fin du mois de décembre dans la revue Science Immunology.

VIDÉO - Carnet de Santé - Dr Christian Recchia : "Pour renforcer votre immunité, il y a une règle simple : la règle des quatre S"

“Une protection à long terme”

Dans le détail, les chercheurs ont découvert que des cellules spécifiques du système immunitaire (les cellules B mémoire) “se souviennent” de l'infection par le virus. Ainsi, face à une réexposition au virus, elles déclenchent une réponse immunitaire protectrice en produisant des anticorps protecteurs. Ces cellules B mémoire spécifiques du virus étaient présentes de manière stable jusqu'à huit mois après l'infection. “Ces résultats sont importants car ils montrent, définitivement, que les patients infectés par le virus COVID-19 conservent une immunité contre le virus et la maladie. Cela a été un nuage noir suspendu au-dessus de la protection potentielle qui pourrait être fournie par n'importe quel vaccin COVID-19 et donne un réel espoir qu'une fois qu'un vaccin ou des vaccins sont développés, ils fourniront une protection à long terme”, résume le professeur agrégé van Zelm.

Ce contenu pourrait également vous intéresser :