Covid-19: la Hongrie approuve le vaccin chinois et se démarque de nouveau de l'Europe

·2 min de lecture

La Hongrie vient d’autoriser le vaccin chinois qui n’est pas homologué par le régulateur européen. Il y a une semaine, la Hongrie était le seul pays membre de l’UE à donner son feu vert au vaccin russe, qui n’a pas non plus reçu le feu vert de l’Agence européenne du médicament (EMA). Budapest achetait aussitôt 2 millions de doses à Moscou. Le Premier ministre Viktor Orban, qui fustige en permanence Bruxelles pour sa stratégie inefficace, continue à se démarquer de l’Europe.

Avec notre correspondante à Budapest, Florence La Bruyère

« Je me ferai vacciner avec le vaccin chinois. Car les Chinois ont la plus longue expérience de ce virus. » C’est ce qu’a déclaré Viktor Orban ce vendredi 29 janvier à la radio. Et le Premier ministre a ajouté : « Bruxelles gère tant bien que mal la situation, nous, nous négocions avec tout le monde. »

La décision de Viktor Orban d’autoriser le vaccin chinois est avant tout politique. Jeudi, le Premier ministre signait un décret. Il homologuait tout vaccin déjà reçu par 1 million de personnes dans le monde, ce qui est le cas du produit chinois. Le lendemain, l’agence hongroise du médicament a donc dû se plier au décret et donner son feu vert.

Mais les experts hongrois sont beaucoup plus réservés. Ils ont déconseillé d’approuver les vaccins russe et chinois. Car il n’y a pas assez de données scientifiques. Le laboratoire Pfizer a fourni 25 000 pages de documentation contre 600 pages pour le producteur russe (Gamaleya) et une centaine de pages seulement pour le chinois.

Mais le régulateur hongrois n’a pas tenu compte de l’avis des experts. Quant à la Chambre nationale des médecins, elle critique le gouvernement en termes voilés. Elle conseille aux praticiens d’administrer des vaccins homologués par le régulateur européen.

À écouter aussi : En Hongrie, la gestion de la crise du Covid-19 minée par la corruption