Covid-19 : Hidalgo demande à Castex de "laisser des marges de respiration aux Parisiens"

·2 min de lecture

A quelques heures de la conférence de presse de Jean Castex, et la possible annonce d'un confinement de l'Ile-de-France, la maire de Paris a demandé au Premier ministre de "laisser des marges de respiration aux Parisiens".

La maire de Paris Anne Hidalgo a demandé au Premier ministre Jean Castex de "laisser des marges de respiration aux Parisiens", a indiqué son entourage à l'AFP, avant la possible annonce jeudi d'un reconfinement de l'Ile-de-France. "Quel que soit le scénario retenu, il faut laisser des marges de respiration aux Parisiens", a insisté la maire, selon son entourage, lors de l'entretien téléphonique mercredi soir avec le Premier ministre Jean Castex et le préfet de police Didier Lallement.

Les deux hypothèses évoquées lors de cette réunion sont un confinement total ou un confinement le week-end avec maintien du couvre-feu en semaine, selon la même source. Sans se prononcer sur "le type de confinement le plus adapté" pour la capitale, toujours selon son entourage, Anne Hidalgo a demandé que les Parisiens puissent "sortir un peu plus longtemps qu'une heure et un peu plus loin qu'à un kilomètre" de leur domicile.

"On ne peut pas réduire les gens à juste travailler et rentrer chez eux"

"Si on fait un confinement du week-end en région Ile-de-France, quid de ce couvre-feu à 18h? Ce sera très difficilement supportable. On sait qu'une grande partie des contaminations se font à l'intérieur et là, on va réduire les gens à rester à l'intérieur", a déclaré Anne Hidalgo dans un entretien sur TV5 Monde diffusé jeudi. "Si c'est ça l'hypothèse du gouvernement, (il faudra) quand même avoir des temps de promenade à l'extérieur. (...) On ne peut pas réduire les gens à juste travailler et rentrer chez eux. C'est inhumain, je trouve", a-t-elle ajouté.

Selon son entourage, la maire de Paris, potentielle candidate à la présidentielle, a également appelé le gouvernement à "mettre le paquet sur la vaccination" et à "développer massivement les tests(...)


Lire la suite sur Paris Match