Covid-19 : la hausse des températures prévue ce week-end, un espoir dans la crise sanitaire ? Benjamin Davido répond

·1 min de lecture

Jean-Jacques Bourdin recevait le Dr Benjamin Davido ce vendredi 19 février sur le plateau de son émission Bourdin direct, diffusée sur BFM et RMC. Face au journaliste, l'infectiologue est revenu sur la crise sanitaire liée au Covid-19 et le fait qu’il "n’y aura probablement pas de nouvelles mesures annoncées" par le gouvernement avant le 8 mars prochain. Selon le médecin, il faudra donc encore "attendre patiemment". "Je suis convaincu que les Français font beaucoup d’efforts face au virus", poursuit celui qui exerce à l’hôpital Raymond-Poincaré, situé à Garches.

Jean-Jacques Bourdin en a profité pour évoquer les températures, qui seront à la hausse dans l’ensemble du pays, notamment ce week-end du 20 février. "C’est une vraie question qui est, encore une fois, [de savoir s’il y aura, NDLR] des changements des comportements, lorsqu’il va faire plus chaud", réplique Benjamin Davido, qui se demande "s’il y a une saisonnalité qui fait que l’épidémie va être contrôlée". "Ça, c’est à nos collègues épidémiologistes de nous le dire", développe-t-il, en précisant qu’on "a beaucoup parlé des variations de températures, qui pouvaient jouer un rôle sur la transmission du virus… La réalité c’est que plus il fait froid, plus vous vivez à l’intérieur, plus vous êtes confinés, plus vous contaminez." Optimiste, Benjamin Davido "espère que cette saisonnalité favorable, si elle dure, va permettre d’observer une diminution des cas".

Jean-Jacques Bourdin, de son côté, rappelle toutefois que "la transmission (...)

Lire la suite sur le site de Télé-Loisirs

Covid-19 : la vaccination en entreprise devrait bientôt démarrer
Olivier Véran ne prévoit pas de levée des mesures sanitaires : "L'heure n'est pas encore au relâchement" (VIDEO)
Patrice Alègre, le prédateur invisible (Planète+CI) : la série doc choc sur l'un des pires serial killer français
Isabelle et Patrick Balkany bénéficient d'un aménagement de peine : ils sont placés sous bracelets électroniques
Crise sanitaire : les mots très crus utilisés pour qualifier le conseil scientifique entendus "au sommet de l'Etat"