Covid-19: les habitants de Dunkerque résignés à un reconfinement local

·2 min de lecture

Plus de 900 cas pour 100 000 habitants, quatre fois plus que la moyenne nationale. La ville de Dunkerque, dans le nord de la France, fait face à une flambée des cas de Covid-19 due au variant anglais du coronavirus. Après Nice, le gouvernement s’apprête à prendre de nouvelles mesures contre la diffusion du virus. Le maire de Dunkerque réclame un sursis avant de mettre en place un confinement le week-end. Mais les habitants, eux, s’attendent à rester chez eux le week-end, entre résignation et lassitude. Reportage.

Avec notre envoyé spécial à Dunkerque, Julien Chavanne

« On s'attend à quoi ? On s'attend à deux week-ends peut-être difficiles », dit une habitante. La décision n’est pas encore tombée mais les Dunkerquois ne se font guère d’illusion. Un nouveau tour de vis est inévitable. « Je trouve que pour les hôpitaux, oui, on se doit quand même de faire bien attention et pour tous les patients qui y sont intégrés », ajoute-t-elle.

Dans les boutiques du centre-ville, la menace d’un confinement en fin de semaine efface le sourire de cette vendeuse : « C'est forcément pas une bonne nouvelle puisque le samedi est le jour le plus important dans un commerce, et encore plus depuis le couvre-feu puisque les clients ne peuvent pas venir après le travail. »

Sa fille de 6 ans sur les épaules, ce jeune père se prépare à des week-ends enfermés à la maison : « C'est un peu compliqué. On va regarder sur internet ce qu'il y a de beau à faire à la maison...Tu fais des travaux manuels, des masques, des créations, tu fais tout ça... »

D’autres n’en peuvent plus, fatigués de ne jamais voir le bout du tunnel. « On en a marre, lâche une jeune fille. Et c'est n'importe quoi, en fait. Ils parlent de ne reconfiner que le week-end. Mais c'est d'un ridicule... Ça fait un an... non là c'est bon, là on ne respectera plus. On sortira avec des masques évidemment, mais on sortira quand même.»

► À lire aussi : Mesures territorialisées face au Covid-19: le risque du cas par cas

Décidé à territorialiser sa réponse à la crise sanitaire, le gouvernement envisage des « mesures supplémentaires de freinage » après une concertation avec les élus de Dunkerque. Le maire de la ville a annoncé dans la matinée vouloir donner « une dernière chance » à la population « de ne pas être confinée ». Il a prôné une « immense campagne de prévention » pour convaincre les habitants de limiter au maximum les contacts, ainsi qu'une « hausse des vaccinations », et la généralisation de l'obligation de porter le masque à toutes les communes.

Olivier Véran, le ministre de la Santé, se rend sur place ce mercredi après-midi pour préciser la parade que choisira le gouvernement pour juguler les contaminations.