Covid-19: un hôtel rouvre ses portes à la frontière franco-belge

C’est l'un des deux seuls hôtels ouverts à Valenciennes, dans le nord de la France. Fermé juste après le confinement, le grand hôtel de Valenciennes a rouvert ses portes il y a presque 3 semaines avec de nouvelles règles.

De notre envoyée spéciale à Valenciennes,

Ce qui frappe dès l'entrée, c'est le silence. « Depuis le début du confinement on a le sentiment que c'est dimanche tous les jours », dit Alexandre Fabris. Le directeur a ramené un peu de vie avec la réouverture et le réaménagement des activités.

« On a fait le choix de définir deux zones, dont une zone exclusivement destinée à la réception des plats à emporter et à la livraison, explique-t-il. On a déplacé des tables qui sont normalement dans l'espace brasserie. Le principe est très clair, le client arrive et ne passe en aucun cas dans la zone exclusivement réservée au service. »

Dans la partie hôtel, on monte à sa chambre par l’ascenseur, on descend par les escaliers. Des tables barrent les accès aux étages pour éviter que les clients se croisent. Le dîner, c'est dans la chambre, plateau déposé devant la porte.

Pour une future réouverture du restaurant, Alexandre Fabris a en tout cas déjà des projets : « On a plein de plans, c'est plus espacer les tables, ouvrir d'autres salles qui n’étaient pas forcément destinées à la restauration à la base, pour se dire que je vais conserver mes 100 couverts en les dispatchant un peu sur le rez-de-chaussée. J'ai la chance d’avoir de très grandes surfaces donc on va pouvoir jouer là-dessus. mais malheureusement tout le monde n’a pas cette chance-là. »

Alexandre fabris espère rouvrir totalement son établissement cet été, voir les touristes privés de vacances à l’étranger venir découvrir la région, au moins le temps d'un long week-end.

♦ Côté belge, les clients français n'arrivent pas

Les commerces ont rouvert en Belgique lundi. Un moment fugace d'espoir pour les commerçants frontaliers. En Belgique, le tabac est moins cher et certaines boutiques ont cru que les Français reviendraient malgré la frontière toujours fermée. Peine perdue et grise mine à Quiévrain où s’est rendue notre envoyée spéciale.