Covid-19 : tour de France des hôpitaux obligés de déprogrammer des soins

·1 min de lecture

La tension monte dans les hôpitaux. Face à l'arrivée de la cinquième vague , les centres hospitaliers ont réactivé leur plan blanc et ont déprogrammé massivement les opérations jugées les moins urgentes. Car le personnel soignant manque, lui aussi contaminé par le virus, notamment à l'hôpital Necker à Paris. De ce fait, des interventions, déjà annulées lors des précédentes vagues, prennent encore une fois du retard. 

>> Retrouvez la matinale du jour en replay et en podcast ici

Une perte de la fonction rénale pour certains enfants

"60% de patients ont été annulés dans les quinze jours qui viennent pour des raisons de personnel insuffisant. Le problème, c'est que celui que vous annulez, par exemple, du vendredi, il a déjà été annulé quatre fois pour d'autres raisons", alerte Sabine Sarnacki.

La cheffe du service pédiatrique viscéral et urologique du CH de Necker, cite en exemple les malformations urinaires, des interventions non urgentes mais qui, à force d'infections à répétition, peuvent avoir des répercussions sur la santé des patients, notamment les enfants. "À force d'être reportées, parfois, les patients ont attendu un an et demi, donc ils se sont infectés avec de la morbidité. Et puis, je pense qu'on peut dire que certains enfants ont perdu de la fonction rénale."

Un taux d'occupation en réa au dessus des 90% pour l’Auvergne Rhône-Alpes

L'hôpital Necker à Paris n'est pas le seul établissement concerné. Ailleurs, en Auvergne Rhône-Alpes par exemple, la tension hospi...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles