Covid-19 et grippe : quels scénarios pour cet hiver ?

Céline Deluzarche, Journaliste
·2 min de lecture

L’épidémie de grippe, qui fait l’objet d’un suivi détaillé en France et dans le monde depuis de nombreuses années, prend une ampleur plus ou moins importante selon les années. Dans le contexte de rebond de Covid-19, à quoi faut-il s’attendre pour l’hiver 2020-2021 ? La présence simultanée des deux épidémies est-elle particulièrement inquiétante ou au contraire les deux maladies sont-elles incompatibles ?

La saison grippale de l’an dernier marquée par une forte baisse

Selon le bilan épidémiologique de la saison 2019/2020, publié le 13 octobre par Santé publique France, la saison a été inhabituellement faible. Elle a d’abord été très courte : neuf semaines, soit deux semaines de moins que la durée moyenne des épidémies de grippe depuis la saison 2010-2011 (même si le suivi a été prématurément interrompu mi-mars en raison de la situation sanitaire exceptionnelle). De plus, le nombre de consultations pour syndrome grippal a été d’environ 1,25 million, « ce qui correspond à une épidémie de faible intensité », note Santé publique France (par comparaison, il était de 1,8 million en 2018-2019). « Le taux d’incidence au pic (314 pour 100.000 habitants) se situe très en dessous des valeurs observées les années précédentes (599/100.000 habitants en 2018-2019 et 459/100.000 habitants en 2017-2018) », avance également le rapport. La mortalité a été quasiment divisée par deux : la grippe aurait causé 3.680 décès tous âges confondus l’an dernier, un chiffre bien inférieur à la moyenne depuis 2011- 2012 (environ 9.000 décès).

Évolution du taux d'incidence des consultations en médecine de ville pour syndrome grippal (réseau Sentinelles) en 2020 comparé aux années précédentes. © Santé publique France
Évolution du taux d'incidence des consultations en médecine de ville pour syndrome grippal (réseau Sentinelles) en 2020 comparé aux années précédentes. © Santé publique France

La situation n’est pas réservée à la France. Dans certains pays de l’hémisphère sud, qui servent habituellement de référence pour prédire le visage de l’épidémie en Europe, la circulation du virus de la grippe s’est avérée très basse. Dans son bulletin de surveillance de la grippe daté...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura