Covid-19 : les greffes d'organes ont chuté de 25%

Anne-Laure Dagnet
·1 min de lecture

C'est l'une des nombreuses conséquences de l'épidémie de Covid-19. La crise sanitaire a un impact important sur les greffes d'organes et de tissus. Il y en a eu 4 417 en 2020, soit un quart de moins que l'année précédente.

La saturation des hôpitaux à cause de l'épidémie est bien sûr la cause principale, avec des services débordés, ainsi que la contamination des malades et des donneurs.

>> Transplantation : un coeur transporté en TGV pour être greffé sur un patient

Mais il y a une autre explication avancée par l'Agence de la biomédecine, qui est chargée d'organiser le prélèvement et la greffe d'organes en France. Lors du premier confinement,"on a vu diminuer le nombre d'accidents vasculaires-cérébraux et de traumatisés sévères, dus aux accidents de la route", explique le professeur François Kerbaul, directeur du prélèvement de l'Agence. "C'est évidemment une bonne chose, mais il faut savoir que les AVC et les traumatisés sévères sont des pathologies qui favorisent le passage en mort cérébrale et donc le prélèvement et la greffe".

Des délais d'attente prolongés

Une baisse du nombre de dons d'organes, cela signifie davantage de patients sur liste d'attente. 921 malades sont morts l'an dernier, car ils ont trop attendu ou car ils ont contracté le Covid-19.

Pour inverser la tendance en 2021, l'Agence de biomédecine souhaite améliorer les réseaux de prélèvements dans les régions où il y a des progrès à faire, notamment en Ile-de-France.

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi