Covid-19: la Grèce se reconfine pour au moins trois semaines

·1 min de lecture

En Grèce, avec quelque 700 morts officiels, la population a été relativement épargnée par la pandémie de Covid-19. Néanmoins, face à une recrudescence de cas positifs et des capacités hospitalières très limitées, le pays se reconfine à partir de ce samedi, pour une durée d’au moins trois semaines.

Avec notre correspondant à Athènes, Joël Bronner

Kostas Galanopoulos étudie l’économie à l’université d’Athènes. Comme toute sa famille, il dit être opposé au principe du second confinement qui démarre ce week-end. « Personnellement, cela me déprime un peu et je suis inquiet des conséquences de ce confinement, confie-t-il. C’est déjà le second, pas le premier, et je pense que c’est extrêmement négatif pour l’économie en général. D’autant qu’à mon avis, cela ne résoudra pas les problèmes les plus cruciaux. »

Ce que redoute le plus l’étudiant, en effet, c’est un appauvrissement généralisé de la population. Et le jeune homme de suggérer : « Nous devrions lutter contre le Covid en soutenant d’avantage les hôpitaux. Au lieu de dépenser des fortunes pour communiquer sur ce virus dans les médias, cet argent pourrait servir à créer davantage de lits et ce genre de choses. »

Face à des capacités hospitalières réduites, les Grecs seraient sans doute aussi en droit de se demander pourquoi Athènes vient d’acheter 18 avions de combat Rafale à la France -dans un contexte de tensions régionales avec la Turquie- plutôt que d’investir, là encore, dans les hôpitaux. Car au final, tout un pays se retrouve confiné une seconde fois, en raison de la saturation de ses hôpitaux, alors qu’en Grèce, moins de 200 personnes sur 11 millions d’habitants se trouvent actuellement en soins intensifs.