Covid-19 : le Ghana et la Côte d'Ivoire lancent leur campagne de vaccination grâce à Covax

·3 min de lecture

Le Ghana et la Côte d’Ivoire sont devenus lundi les premiers pays à vacciner leus citoyens contre le Covid-10 grâce à Covax. Le président ghanéen Nana Akufo-Addo a été le premier à bénéficier d’un vaccin AstraZenecca via ce dispositif destiné aux pays pauvres.

Les populations du Ghana et de Côte d’Ivoire vont pour pouvoir commencer à être vaccinées contre le Covid-19. Les deux pays d’Afrique de l’Ouest ont été les premiers à lancer leur campagne de vaccination lundi 1er mars grâce au dispositif Covax, destiné aux pays pauvres.

Si la plupart des pays riches ont entamé depuis des semaines leurs campagnes de vaccination, le président ghanéen Nana Akufo-Addo, 76 ans, est devenu lundi la première personne au monde à recevoir une dose du vaccin AstraZeneca financée par Covax. "Il est important que je donne l'exemple", a-t-il déclaré.

>> À lire : Covid-19 : derrière la vente et le don de vaccins à l'Afrique, la "lutte d'influence" de la Chine

En Côte d'Ivoire, le secrétaire général de la présidence ivoirienne, Patrick Achi, s'est également fait vacciner grâce à Covax et près de quatre millions de doses sont attendues mardi au Nigeria.

La Colombie est de son côté devenue lundi le premier pays d'Amérique à recevoir un lot de vaccins Covax. Le Pérou, le Salvador et la Bolivie en seront les prochains bénéficiaires, selon l'OMS.

Ce système vise à fournir cette année des vaccins anti-Covid à 20 % de la population de près de 200 pays et territoires, mais il comporte surtout un mécanisme de financement permettant à 92 économies à faible et moyen revenu d'avoir accès aux précieuses doses.

>> À lire : Covid-19 : le Portugal va envoyer un million de doses à ses anciennes colonies en Afrique

Fracture entre pays riches et pays pauvres

La pandémie a aggravé la fracture entre pays riches et pauvres, et plusieurs associations britanniques spécialisées dans l'aide internationale ont mis en garde lundi contre le risque d'une augmentation de la famine et de la crise humanitaire dans certains pays fragiles, comme le Yémen.

Même son de cloche chez le patron de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus. "C'est encourageant de voir le personnel de santé des pays à faibles revenus commencer à être vacciné, mais il est regrettable que cela survienne presque trois mois après que certains des pays les plus riches ont commencé leur campagne de vaccination", a-t-il dit.

De nombreuses voix réclament en outre que l'Organisation mondiale du commerce (OMC) - qui a accueilli lundi sa nouvelle cheffe, la Nigériane Ngozi Okonjo-Iweala - lève les protections des brevets sur les vaccins anti-Covid pour accroître leur production.

Cette proposition, mise sur la table par l'Inde et l'Afrique du Sud, doit être débattue lors du Conseil général de l'OMC lundi et mardi, mais aucune décision n'est attendue en l'absence de consensus.

Jusqu'à présent, plus de 244 millions de doses de vaccins anti-Covid ont été administrées dans au moins 123 pays ou territoires, selon un comptage réalisé par l'AFP lundi.

Avec AFP