Covid-19 : la gestion de la crise par Emmanuel Macron au cœur des débats

La gestion de la crise sanitaire a été vivement critiquée par l’opposition à l’Assemblée nationale et au Sénat, jeudi 1er avril. Mais Emmanuel Macron et l’exécutif maintiennent cette ligne directrice. "On assumait déjà que les décisions soient prises en Conseil de défense sans réel compte-rendu. La Ve République est un peu poussée à son paroxysme. Jean Castex l’a dit aussi, ils assument avoir activé l’article 50-1 pour lequel il n’y a pas de remise en question du gouvernement. Le vote n’est pas coercitif", développe Erwan Bruckert, du service politique de l’Express. "Des décisions à double tranchant" pour Emmanuel Macron Ce dernier est suppléé par Alexandre Peyrout, journaliste à France Télévisions. "Tout le suspense sur le fait de savoir si Emmanuel Macron va parler ou non est assumé. Ça fait monter la tension pour montrer que le seul qui décide, c’est le président. C’est à double tranchant. Si les décisions prises ne se révèlent pas pertinentes, ça peut être un handicap pour 2022 s’il souhaite se représenter." Erwan Bruckert a ensuite évoqué les différences de traitement entre membres du gouvernement. "Certains n’ont plus de coups de fil d’Emmanuel Macron et ne participent pas au Conseil de défense du mercredi à cause du Covid-19. Ils sont un peu laissés dans la nature. Leurs collègues, qui ont plus de responsabilités, leur disent : 'quand on est ministre, on ne chouine pas, on a de la chance d’être à ce poste'."