Covid-19 : un geste financier pour les travailleurs de la deuxième ligne ?

Aides à domicile, éboueurs, ouvriers du BTP, agents de sécurité… Tous ces professionnels ont un point commun : ils ont le sentiment d’être les oubliés de la crise sanitaire. Ces travailleurs de la deuxième ligne représentent 4,6 millions de personnes. Eux aussi sont en contact direct avec le Covid-19, alors ils réclament un geste, comme Koffi Amadegnato, agent de sécurité. "C’est très dur, avec le risque tout le temps d’être malade. Les autres catégories qui ont affronté la crise comme nous ont été payées, pas nous", affirme Koffi Amadegnato. Pas récompensés et moins bien payés Son patron, John Williams, approuve, mais seulement si l’État donne un coup de pouce. "Les salariés le méritent", estime le gérant d’APS Sécurité. Et d’ajouter sa condition : "Tant que l’État nous vient en aide." Une réunion sur le sujet a lieu lundi 15 mars à Matignon. Mais pour Laure Valentin, aide à domicile, cette prime exceptionnelle ne suffit pas. Elle espère une revalorisation de son métier. Les travailleurs de la deuxième ligne sont payés, au début de leur carrière, 5% de moins que le reste des salariés au même âge. En fin de carrière, la différence de salaires est de 37%.