Covid-19 : « Les garanties effectives des libertés et droit fondamentaux des citoyens doivent être repensées »

© AFP

Voici leur tribune : Lundi 16 mai 2022, l’une des dernières restrictions à la liberté individuelle pour faire face à la pandémie de Covid‑19 a été levée, le masque n’étant plus imposé dans les transports en commun. Cette suppression était devenue une nécessité alors que cette obligation ne pouvait plus être comprise par des usagers voyant spectateurs ou consommateurs se masser, le visage nu, dans des endroits clos et denses depuis des semaines.

Le répit momentané qu’offre à nos libertés la conjugaison d’une accalmie de l’épidémie et d’une séquence électorale peu propice au maintien des mesures les plus coercitives doit être mis à profit pour jeter un regard lucide sur les failles démocratiques révélées par la crise sanitaire.

"

Il ne reste pas grand-chose du contrôle citoyen dans la fabrication de la norme

"

Au nom du droit à la protection de la santé – dont l’hypertrophie dans une société du confort vieillissante constitue une menace pour la liberté des plus jeunes – ont pu être imposées à tout ou partie de la population des mesures qui s’apparentent à la catégorie juridique des peines ou des mesures de sûreté réservées aux personnes convaincues ou soupçonnées d’avoir commis une infraction.

Lire aussi - Covid-19 : la vaccination par spray nasal peut-elle nous sortir de la pandémie ?

En temps normal, seule la décision d’un juge judiciaire, rendue au terme d’une procédure contradictoire, peut assigner un citoyen à son domicile ou lui interdire de se rendre en tel lieu. En état d...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles