Covid-19 en France: une situation qui s’aggrave, Macron face à la pression des maires

·2 min de lecture

Depuis la fin de son isolement après avoir contracté le virus du Covid-19, Emmanuel Macron est à Brégançon. C'est de sa résidence de vacances que le chef de l'État va diriger un conseil de défense sanitaire, à deux jours de son allocution du 31 décembre, alors que plusieurs maires réclament un renforcement des mesures sanitaires.

Avec Valérie Gas et Anne Soetemondt

Faire le point sur l'épidémie de Covid-19, c'est l'objectif de ce nouveau Conseil de défense sanitaire qui va se dérouler en visioconférence. Emmanuel Macron aux commandes, le Premier ministre et les ministres concernés vont évaluer la situation sanitaire alors que la campagne de vaccination vient de débuter en France et que la circulation du virus est source d'inquiétude.

Plusieurs élus locaux du Grand Est et des Alpes-Maritimes notamment, où l'épidémie atteint des seuils alarmants, demandent au gouvernement de prendre très vite des mesures avec des reconfinements locaux ou une accélération des vaccinations.

Les maires réclament des décisions rapides

Agir immédiatement, sans attendre la rentrée. Au lendemain de la première vaccination dans un Ehpad de la région parisienne, Christian Estrosi, le maire Les Républicains de Nice fait pression pour obtenir une accélération du calendrier dans son département où le taux d'incidence est deux fois supérieur à la moyenne nationale.

« Il ne peut pas y avoir de premières vaccinations en Ile-de-France et que chez nous ça commence dans huit jours. Il faut qu'elles commencent tout de suite dans notre département. »

Arnaud Robinet, maire Les Républicains de la ville de Reims dans le Grand Est, où le taux d'incidence, de positivité et d'hospitalisation montent en flèche, demande un troisième confinement pour éviter une troisième vague, et ce dès maintenant.

« Aujourd’hui, je pense que c'est le bon moment, les commerces ont pu rouvrir, les courses de Noël ont été faites, les bars et les restaurants sont fermés. Profitons de cette période pour ralentir la progression du Covid-19 et investir sur 2021. »

L'Élysée veut attendre la rentrée

À l'Élysée, on explique que c'est encore trop tôt pour prendre de telles décisions, que le rendez-vous est fixé au début de l'année, aux alentours du 7 janvier, après le Conseil des ministres de rentrée.

D'ici là, Emmanuel Macron doit prononcer une allocution le 31 décembre, le soir d'un réveillon du Nouvel an sous couvre-feu. Cela va donner à l'exercice traditionnel des vœux aux Français une tonalité particulière dans le contexte inédit d'une pandémie qui a frappé le président de la République lui-même. Encore en convalescence après avoir contracté le virus, Emmanuel Macron reste en état de veille sanitaire.

À lire: Covid-19 en France: le gouvernement envisage l'hypothèse d'un troisième confinement