Covid-19 : la France passe le cap des 20 millions de primo-vaccinés

·3 min de lecture

À quelques jours d'un premier allègement des contraintes sanitaires, la France a passé le cap des 20 millions de personnes ayant reçu au moins une dose de vaccin contre le Covid-19, s'est félicité, samedi, le président Emmanuel Macron.

Objectif atteint en France. Emmanuel Macron a annoncé, samedi 15 mai, sur Twitter, que l'objectif de réaliser 20 millions de primo-vaccinations à la date du jour a été atteint. Un nouveau cap dans la lutte contre le Covid-19, quelques jours avant d'alléger les contraintes sanitaires, mercredi, en rouvrant commerces, terrasses et lieux culturels.

"Je suis raisonnablement optimiste. Nous devrions ce soir atteindre l'objectif collectif que nous nous étions fixés, à savoir 20 millions de primo-vaccinés au 15 mai", avait déclaré plus tôt, le Premier ministre, Jean Castex, lors d'une visite dans un centre de vaccination, samedi, porte de Versailles, à Paris.

"Cela conforte les perspectives de sortie de crise qui sont également confortées par l'évolution des données de l'épidémie qui régresse partout" en France, a ajouté le chef du gouvernement.

Il faut "aller chercher les plus vulnérables"

Vendredi soir, 19,7 millions de personnes avaient reçu au moins une injection et 8,7 deux injections (soit 13 % de la population totale et 16,6 % de la population majeure).

Le gouvernement s'est fixé comme objectif 30 millions de primo-vaccinés à la mi-juin et a ouvert depuis mercredi la vaccination aux plus de 18 ans, sans conditions, pour des doses disponibles du jour au lendemain.

La demande est forte et sur la plateforme Doctolib, les rares créneaux disponibles pendant ce week-end prolongé de l'Ascension s'arrachent, certains n'hésitant pas à tricher sur leur âge ou à s'inventer des comorbidités pour décrocher un rendez-vous.

Il faut "aller chercher les plus vulnérables", les personnes âgées ou avec des pathologies associées, a insisté Jean Castex, indiquant que 25 % des plus de 75 ans n'ont pas reçu la première injection.

Parallèlement, la décrue se poursuit à l'hôpital avec 4 352 malades du Covid-19 vendredi soir dans les services de soins critiques, contre 6 001, atteint le 26 avril.

Terrasses convoitées

Pendant que la campagne de vaccination bat son plein, une partie des bars et restaurants se préparent à accueillir des clients en terrasse à partir de mercredi, date à laquelle rouvriront aussi les lieux culturels, cinémas, théâtres, musées, avec jauges réduites, et où le couvre-feu passera à 21 heures.

Impatients de retrouver la vie d'avant, les Français réservent déjà en masse pour leurs déjeuners et dîners.

Alors que le Conseil scientifique, qui guide les choix du gouvernement dans la crise sanitaire, a appelé à une réouverture "conduite de manière prudente et maitrisée" pour éviter une "possible quatrième vague", le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal jugeait samedi que "nous avons de vraies raisons d'être optimistes".

"La vaccination change vraiment la donne", assure-t-il dans un entretien au quotidien La Provence. "L'observation en vie réelle pourrait montrer une protection contre la transmission du virus", poursuit-il, assurant que "l'épidémie a été considérablement ralentie grâce au respect par nos concitoyens des mesures prises".

Pour éviter que la situation sanitaire ne se dégrade avec l'arrivée de voyageurs en provenance de pays où le virus circule activement, la France a étendu, vendredi, la quarantaine obligatoire de dix jours à quatre nouveaux pays : la Colombie, Bahreïn, le Costa Rica et l'Uruguay.

Le variant indien, détecté dans au moins 44 pays dont la France, soulève aussi des craintes, mais ses effets en terme de transmission et de dangerosité sont toujours très mal connus.

À partir de lundi, les Français pourront se rendre en vacances au Portugal, qui a levé samedi la restriction pour les voyages touristiques pour la plupart des pays européens.

Avec AFP