Covid-19 en France : la santé mentale des migrants mise à rude épreuve

·2 min de lecture

En France, la crise sanitaire aggrave la santé mentale des migrants. Deux sociologues de l'École des hautes études de santé publique de Rennes se sont intéressées aux exilés, en situation précaire. Des personnes qui souffraient déjà avant le Covid-19 de troubles psychiques pour 38% d'entre elles. Aux traumatismes, liés au déracinement et aux épreuves subies pendant leur parcours, s'ajoute cette crise qui vient compliquer leur quotidien.

Une population encore plus isolée qu'avant, c'est ce que révèle cette étude, l'une des rares sur les exilés en cette période de crise. Et pour cause, souvent sans papier, ces personnes n'apparaissent dans aucune statistique.

Pour Alessia Lefébure, co-auteure de l’étude, la crise a restreint les activités des associations et donc tari l'une des principales sources d'aides matérielles, mais aussi d'interactions humaines des migrants.

« Il y a eu des mesures sanitaires qui ont fait qu’il y a eu beaucoup moins de bénévoles mobilisables. Certaines décisions ont été prises pour se conformer aux mesures sanitaires, notamment à Calais et pour certaines associations qui ne pouvaient plus distribuer de l’aide alimentaire. Elles ont donc rendu les interventions beaucoup plus difficiles. »

La peur des contrôles de police durant les confinements, a aussi poussé certains migrants à limiter encore leurs déplacements. Laure Wolmark, psychologue, en constate depuis des mois, les effets. Elle travaille pour le Comede, le Comité pour la santé des exilés: « Je pense à des patients sans ressource, très dépendants des aides alimentaires et qui m’ont parlé du sentiment de vivre dans une prison à ciel ouvert. Je pense que cela leur donne le sentiment d’être sans perspective aussi. »

Autre conclusion de l’étude: les moyens de prise en charge sont insuffisants pour une population qui arrive souvent très fragilisée et dont la situation psychique a tendance à se détériorer en France.

À écouter: Migrants en Europe: les victimes invisibles du Covid-19

Ce contenu pourrait également vous intéresser :