Covid-19 : la France pourrait enregistrer plus de 50.000 cas à la mi-mars

·1 min de lecture

A la lecture de leurs nouvelles projections, que le JDD publie en exclusivité, la conclusion de Philippe Amouyel et Luc Dauchet, professeur et maître de conférences en santé publique au CHU de Lille* (Nord), laisse craindre le pire : "La courbe s'est décalée dans le temps mais on retrouve toujours la même. Ça remonte." Comprendre : on a gagné un peu de temps sur le virus, mais pas assez pour éviter une nouvelle vague. "Au 15 février, on pouvait penser que ça passerait et on n'a d'ailleurs pas bien compris pourquoi ça a baissé, reconnaît Philippe Amouyel, dont la précédente projection, publiée dans le JDD le 7 février, prévoyait une augmentation des cas il y a deux semaines, ce qui ne s'est pas produit. Mais il n'y a finalement pas tant de différence entre ce qui s'est passé et ce qu'on avait projeté. Il y a eu le même effet au mois de septembre avant la deuxième vague : une baisse puis une augmentation."

Lire aussi - Covid-19 : voici comment travaillent les modélisateurs qui dessinent les courbes utilisées par les autorités

50.000 cas quotidiens au printemps

Après la baisse relative de la mi-février, la courbe des contaminations a repris son ascension avec une augmentation de 8%, la semaine du 15 au 21 février, par rapport à la semaine d'avant, d'après les données de Santé publique France. Et ces derniers jours, les infections ont même atteint un pic à plus de 30.000 cas, une première depuis novembre.

...
Lire la suite sur LeJDD