Covid-19 en France: Jean Castex tente de calmer la colère des petits commerçants

·2 min de lecture

Le Premier ministre a exhorté ce dimanche les Français au respect du confinement, « indispensable » pour en sortir au plus vite, et annoncé la fermeture des rayons non essentiels dans les grandes surfaces pour apaiser la colère des petits commerces.

« Les Français râlent, les Français sont dans la difficulté » et « je comprends la lassitude de nos concitoyens, je comprends les difficultés des uns et des autres », a déclaré Jean Castex au 20h de TF1. Mais il faut que « nous soyons extrêmement vigilants, que nous respections ce confinement : il en va de la survie de l'économie, il en va de notre santé collective », a-t-il ajouté.

« Mieux vous respecterez les règles aujourd'hui (...), plus vite nous pourrons en sortir », a encore insisté le Premier ministre, évoquant la fin du confinement prévue pour l'instant le 1er décembre « s'il a, comme nous l'espérons, produit ses effets ».

Colère des petits commerçants

Du côté des petits commerçants, la colère ne faiblit pas. Avec ce nouveau confinement, les restaurants, bars et commerces jugés « non essentiels » doivent garder le rideau baissé. Mais à quelques semaines des fêtes de fin d'années, les petits commerces qui vendent jouets ou livres dénoncent la concurrence déloyale des grandes surfaces – autorisées à rester ouvertes – et des plateformes en ligne, dont Amazon.

Face à cette bronca des commerçants et de nombreux maires, « nous ne reviendrons pas sur les mesures annoncées, c'est beaucoup trop tôt », a répondu le Premier ministre, qui s'est entretenu dimanche en visioconférence avec les fédérations professionnelles (Medef, CPME, Union professionnelle des petits commerçants) et les associations de commerçants de proximité. Toutefois, il a annoncé la fermeture à partir de mardi des rayons non essentiels dans les grandes surfaces.

Une décision qui risque de mécontenter la grande distribution, dont la fédération avait fait part quelques heures plus tôt de sa « totale incompréhension » et de son « opposition » à une fermeture des rayons non alimentaires.

(Avec AFP)