Covid-19 en France: les enseignants se préparent aux cours à distance

·2 min de lecture

L'épidémie de Covid-19 ne faiblit pas et plusieurs mesures de restrictions seront en vigueur sur tout le territoire dans les prochains jours. Les établissements scolaires seront notamment fermés pendant plusieurs semaines. À partir du mardi 6 avril, lundi étant férié, le personnel enseignant devra faire cours en distanciel aux plus de 12 millions d'élèves, collégiens et lycéens de France. Une mécanique particulière pour la plupart d'entre eux.

C'est un air de déjà vu pour Thibaut. Enseignant dans une école primaire d'Aubervilliers, en Seine-Saint-Denis, il va reproduire la même méthode que lors du premier confinement l'an dernier. Impossible pour lui d'utiliser des outils numériques avec ses élèves.

« Pas de visio, parce que cela n’a pas marché avec des élèves de CE1. Bien souvent, les familles qui ne sont pas équipées, cela va de pair avec les élèves qui sont le plus en difficulté. C’est pour cela que je suis passé par du 100% papier. Ce sont des fiches d’exercices de révision. »

Comme beaucoup d'établissements, son école a dû s'adapter. Il consacrera d'ailleurs une journée aux enfants des soignants de son secteur.

À lire: Comment les enseignants s'adaptent-ils à leur métier «sous Covid»?

Éviter le décrochage scolaire à tout prix

Pour Elias, professeur de mathématiques dans un lycée francilien, les cours passeront forcément par la vidéo. Il espère que ses élèves joueront le jeu: « Cela n'a rien à voir avec un cours physique, où il y a des interactions. Mais si tout le monde se connecte, ça va déjà être une semaine utile et ça va être déjà pas mal. »

Elias, comme la majorité des enseignants? espère que ces quatre semaines d'éloignement ne provoqueront pas de décrochage scolaire, notamment parmi les familles les plus défavorisées.

Selon une enquête du ministère de l'Éducation nationale publiée l'an dernier, près d'un million d'élèves s'étaient retrouvés dans cette situation.

À écouter: Télétravail et gestion des cours à distance: «C'est mission impossible»