Covid-19 : la France affiche des indicateurs à la baisse mais les variants progressent

La technique a fait ses preuves : analyser les eaux usées pour détecter tôt la circulation du virus dans une population. Deux séries de prélèvements ont eu lieu cette semaine en Moselle, laquelle est particulièrement touchée par l’épidémie, relève France 2, vendredi 19 février. Pour Olivier Delcayrou, secrétaire général de la préfecture de la Moselle, il n’y a cependant pas d’aggravation observée. Au plan national aussi, la situation semble, pour l’instant, sous contrôle. Plusieurs indicateurs affichent des baisses, à l’instar des nouveaux cas positifs ou des personnes hospitalisées. Un fléchissement illusoire ? Ce léger fléchissement est bien perçu par les Bordelais, où le taux d’incidence est en dessous de la moyenne nationale. Mais, pour certains experts, il s’agirait d’une amélioration générale en trompe l’œil. Les soignants sont inquiets s'agissant des variants qui sont toujours très virulents. La souche anglaise, par exemple, représente 36 % des cas positifs dans l'Hexagone. À la Réunion cette fois, la situation est ouvertement alarmante. 90 % des lits de réanimation sont occupés. Présente sur place pour le 20 Heures vendredi soir, la journaliste France Télévisions Isabelle Allane explique : "C’est du jamais vu ici […] Selon l’Agence régionale de santé, on compte une centaine de cas de Covid-19 par jour. Ce qui inquiète les autorités sanitaires, c’est l’explosion de cas de variant sud-africain."