Covid-19: la France prête à accueillir des malades étrangers

Lucie Oriol
·Journaliste au HuffPost
·1 min de lecture
Du personnel hospitalier s'affaire dans la chambre d'un patient Covid à la clinique Muret près de Toulouse (Photo by LIONEL BONAVENTURE/AFP via Getty Images) (Photo: LIONEL BONAVENTURE via Getty Images)
Du personnel hospitalier s'affaire dans la chambre d'un patient Covid à la clinique Muret près de Toulouse (Photo by LIONEL BONAVENTURE/AFP via Getty Images) (Photo: LIONEL BONAVENTURE via Getty Images)

CORONAVIRUS - Alors que les courbes de l’épidémie s’infléchissent doucement en France, les 39 hôpitaux franciliens pourraient très prochainement accueillir des malades étrangers. Pour le moment aucun transfert n’a été prévu, mais selon le Parisien et LCI, l’AP-HP a confirmé se tenir prête pour porter secours à trois voisins européens, également très fortement touchés par le Covid: l’Italie, la Suisse et la Belgique.

Le sujet aurait été évoqué en Conseil de défense mercredi. “Nous avons fait savoir que nous étions disposés à accueillir des malades s’ils en avaient besoin” confirme l’AP-HP au Parisien, tout en en précisant auprès de LCI que pour le moment aucune demande de transfert n’a été formulée. ”[Nos équipes] restent attentives à la situation des hôpitaux européens et seront solidaires si leur soutien était sollicité, comme d’autres équipes européennes ont été solidaires des hôpitaux français à d’autres moments de la crise”, précise encore l’AP-HP.

Dans la région Île-de-France, la pression hospitalière a décru en réanimation, passant d’un taux d’occupation des lits de 99% à 84,8%.

Sollicité par LCI, le ministère de la Santé n’a pas confirmé pour le moment cette possibilité de transfert, indiquant seulement que “la coopération médicale entre pays frontaliers est quelque chose de courant”.

Lors de la première vague de covid-19 au printemps dernier, une cinquantaine de patients français, au moins, avaient été transférés e...

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.