Covid-19 en France: 38 nouveaux départements et la Polynésie soumis à un couvre-feu

·5 min de lecture

En raison de la progression de l'épidémie de Covid-19 en France, le Premier ministre Jean Castex a annoncé ce jeudi 22 octobre que 54 départements ainsi que la Polynésie vont donc être concernés par le couvre-feu à partir de vendredi minuit, soit 46 millions de Français.

« L'heure est grave » en France, a dit cet après-midi Jean Castex pour annoncer le basculement de nombreux départements en alerte maximale. « Nul n'est épargné », a-t-il poursuivi afin de permettre à chacun de comprendre le pourquoi de ces nouvelles mesures restricitives.

38 nouveaux départements devront respecter le couvre-feu, ainsi que la Polynésie, de 21h à 6h et ce, pour une durée de six semaines. Cela signifie notamment que les bars, restaurants et commerces des zones concernées devront fermer à 21h.

Le Premier ministre français, a également prévenu que des « mesures beaucoup plus dures » seraient prises si l'épidémie n'était pas jugulée. « Il est encore temps de l'éviter mais il ne nous reste plus beaucoup de temps », a insisté Jean Castex laissant planer l'éventualité d'un reconfinement, alors que plusieurs pays en ont décidé ainsi face à la recrudescence du virus.

« Un doublement du nombre de cas en 15 jours »

« Les semaines qui viennent seront dures et nos services hospitaliers vont être mis à rude épreuve », a prévenu Jean Castex, attendant un mois de novembre « éprouvant »et un nombre de morts qui va « continuer d'augmenter ». En effet, la hausse des cas de contamination se poursuit en France. Mercredi, près de 27 000 nouveaux cas ont été enregistrés en 24 heures, soit près de 6 300 de plus que la veille.

Le nombre de personnes atteintes du Covid-19 s'est établi sur les sept derniers jours à 251 pour 100 000 personnes, « en progression de 40% en une semaine », a rappelé Jean Castex, en annonçant un taux de reproduction du virus autour de 1,35, « ce qui concrètement signifie un doublement du nombre de cas en 15 jours ».

Les autorités ont également présenté à la presse la nouvelle version de l'application de traçage « Tous anti-Covid », après l'échec de la première appelée « Stop Covid » et téléchargée par seulement 2,6 millions de Français (contre 15 à 20 millions d'Allemands et Britanniques).

Des mesures de soutien économique aux départements concernés

Des mesures de soutien économique ont également été évoquées lors de cette conférence de presse. Elles seront « étendues à l'ensemble des départements basculant sous régime du couvre-feu », notamment le fonds de solidarité, les exonérations de cotisations sociales et le prolongement de prêts garantis par l'État.

Quant aux mesures répressives qui accompagnent bien évidemment la mise en place du dispositif, Jean Castex a précisé que les forces de l'ordre avaient effectué depuis samedi dernier « 32 033 contrôles et prononcé 4 777 verbalisations pour non respect du couvre-feu ».

Dans ce contexte, la ville de Strasbourg dans l'est de la France a d’ailleurs renoncé à son marché de Noël traditionnel face à l'aggravation de la situation sanitaire. Elle supprime l’installation des 300 chalets habituels mais le grand sapin de la place Kléber est maintenu avec des « animations » ou des « déambulations d'artistes », a déclaré ce 22 octobre le maire de la ville.

115 millions d'euros d'aides pour les acteurs du spectacle vivant et du cinéma

Sévèrement touchés par cette crise sanitaire et les restrictions qui l'accompagnent, les acteurs du spectacle vivant et du cinéma vont bénéficier d'une aide financière supplémentaire. « S'agissant du spectacle vivant, ce sont 85 millions d'euros d'aide qui vont être débloqués », a annoncé la ministre de la Culture Roselyne Bachelot. Des sommes destinées au théâtre, à la danse, l'opéra, la comédie musicale ou encore la musique.

« Dans les territoires concernés, le couvre-feu a de lourdes conséquences sur le maintien de l'activité. Les structures adaptent les horaires, mais évidemment elles ne rencontrent pas forcément leur public, la fréquentation. Et donc leurs ressources vont diminuer. Notre objectif, c'est à la fois de sauvegarder les programmations et les salles en permettant de jouer même à jauge extrêmement réduite », a affirmé la ministre.

Le cinéma aura droit à une enveloppe de 30 millions d'euros. Roselyne Bachelot a également précisé que les deux séances du soir, de 20h et de 22h ne pouvaient plus se tenir en raison du couvre-feu. « Or, ces deux séances représentent la moitié du chiffre d'affaires des salles. Notre objectif est de faire en sorte que les cinémas ne ferment pas, que le public puisse continuer à aller voir des films. Pour cela, il faut que les sorties de films soient maintenues sur l'ensemble du territoire. »

La ministre de la Culture a également annoncé que l'exécutif proposerait au Parlement de « prolonger l'exonération de la taxe sur les spectacles au premier semestre 2021 pour alléger les charges des entreprises du secteur ».

Des mesures de restrictions pouvant aller jusqu'en avril 2021

L'exécutif entend pouvoir appliquer des mesures de restrictions de circulation, de rassemblements ou d'ouvertures des établissements au moins jusqu'au 1er avril 2021, sur tout ou partie du territoire et en fonction de la situation épidémique, selon un projet de loi.

Au total, 34 000 décès dus à la maladie sont survenus en France, et 2 239 patients sont en réanimation ou soins intensifs, un nombre au plus haut depuis mai.

La France n'est pas le seul pays concerné par ce regain de l'épidémie. « Toute l'Europe est en train de flamber », a souligné jeudi le ministre de la Santé Olivier Véran devant les députés, citant la République tchèque, l'Angleterre, le Pays de Galles, l'Irlande ou encore l'Allemagne.