Covid-19 en France: 10 présidents de région lancent un appel contre un report des régionales

·2 min de lecture

Premier week-end sous la nouvelle formule de confinement pour un tiers des Français. Une mise en place marquée par la confusion autour des règles de déplacement. Le gouvernement a été obligé de revoir sa copie et de simplifier les conditions de sortie. Un justificatif de domicile suffit pour sortir de chez soi dans un rayon de 10 kilomètres en dehors du couvre-feu. Face à cette troisième vague de Covid-19, une partie de la classe politique s'inquiète d'un possible report des élections départementales et régionales de juin prochain. Dix présidents de régions lancent un appel dans Le Figaro pour le maintien de ce scrutin. Un coup de pression supplémentaire sur l'exécutif.

Quand on interroge le gouvernement sur la tenue des régionales prévues les 13 et 20 juin, la réponse est toujours la même: « Rendez-vous le 1er avril. » L'exécutif attend le rapport du Conseil scientifique avant de se prononcer. Il n'est pas question de prendre le moindre risque, l'Élysée garde en tête le fiasco des municipales lors de la première vague, une prudence qui inquiète l'opposition.

Un report des élections serait synonyme pour certains d'une magouille électorale d'Emmanuel Macron pour écarter des adversaires pour la présidentielle de 2022 et éviter une défaite à son camp.

Dix présidents de régions ont donc lancé un appel contre ce possible report des régionales publié dans Le Figaro. Parmi eux: Valérie Pécresse, Xavier Bertrand, Laurent Wauquiez pour Les Républicains à droite, mais aussi Carole Delga ou Alain Rousset pour les socialistes à gauche.

Présidentiables ou pas, les chefs des exécutifs régionaux mettent Emmanuel Macron en garde : « Ce n'est pas au Conseil scientifique de confiner la démocratie ! »

Déjà sous pression pour faire respecter ce nouveau confinement « troisième version », le gouvernement aura de plus en plus de mal à se cacher derrière la clause de revoyure du 1er avril.

À lire:Confinement en France: le gouvernement revoit sa copie sur l’attestation de sortie