Covid-19 : comment fonctionnent les traitements recommandés par l'OMS ?

·2 min de lecture

L'OMS recommande d'utiliser deux anticorps monoclonaux pour traiter les formes sévères de Covid-19 : le tocilizumab de Roche et le sarilumab de Sanofi.

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) recommande désormais deux traitements pour soigner les formes sévères de Covid-19. Il s'agit du tocilizumab du laboratoire suisse Roche et le sarilumab du français Sanofi. Cette décision fait suite à la publication d'une grande méta-analyse dans le Journal of the American Medical Association (JAMA) au sujet de ces deux traitements et qui montre une mortalité réduite à horizon de 28 jours. Dans la foulée, l'OMS a tout de suite publié , soulignant que les médicaments réduisent non seulement le risque de mortalité mais également "le besoin de ventilation mécanique" dans les services de soins intensifs à l'hôpital.

Un effet prouvé contre le Covid-19

La méta-analyse publiée dans le passe en revue 27 essais cliniques menés sur le sujet, qui regroupent plus de 11.000 patients à travers 28 pays. Les travaux ont montré que le risque de mourir du Covid-19 passait de 25% pour les patients recevant des soins classiques à 22% pour les patients traités avec ces deux molécules. Combinés à des corticoïdes, ce risque passe même à 21%. En effet, les corticoïdes, comme la , ont eux aussi un effet anti-inflammatoire. Jusqu'à présent, la dexaméthasone était d'ailleurs le seul médicament préconisé par l'OMS.

Plus tôt dans l'année, l'essai clinique britannique mené au Royaume-Uni a montré également des résultats positifs sur l'usage du tocilizumab, estimant que pour 25 malades traités, "une vie supplémentaire serait sauvée."

Comment fonctionnent le tocilizumab et le sarilumab ?

Le tocilizumab et le sarilumab font partie de la famille des anticorps monoclonaux, c'est-à-dire des anticorps fabriqués spécifiquement pour traiter des maladies en particulier. Ces deux traitements n'ont pas été mis spécifiquement au point pour traiter le Covid-19. Ils étaient déjà présents sur le marché, autorisés dans le cadre du traitement de la polyarthrite rhumatoïde, une maladie inflammatoire durant laquelle les articulations, souvent aux mains et aux pieds, déve[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles