Covid-19: la flambée des cas en Afrique du Sud présage-t-elle une nouvelle vague en France?

Un membre du personnel médical de l'hôpital de Soweto, en Afrique du sud, en tenue de protection anti-Covid, le 25 janvier 2021 - Michele Spatari © 2019 AFP
Un membre du personnel médical de l'hôpital de Soweto, en Afrique du sud, en tenue de protection anti-Covid, le 25 janvier 2021 - Michele Spatari © 2019 AFP

876450610001_6305917609112

Depuis trois semaines, l'Afrique du Sud est touchée par une nouvelle flambée de contaminations au Covid-19. En moyenne, le nombre de cas quotidiens s'y élève désormais à 6600, contre 1200 début avril. Selon l'Institut national sud-africain pour les maladies contagieuses, plus du quart (25,9%) des gens testés ont par ailleurs un résultat positif, le plus haut taux enregistré depuis des mois.

La cause de cette montée en flèche des contaminations: deux sous-variants d'Omicron, BA.4 et BA.5, qui seraient encore plus transmissibles que leur cousin. BA.4 et BA.5 possèdent en effet, notamment, les mutations L452R et F486V dans la protéine Spike, la protéine qui permet au virus pour infecter nos cellules.

Or, explique Le Parisien, ces deux mutations pourraient rendre les deux variants plus transmissibles. Surtout, ils pourraient réinfecter des personnes déjà contaminées avec un autre variant il y a quelques mois.

La crainte d'une vague hospitalière

Face à constat, faut-il craindre une arrivée massive de cas graves dans les hôpitaux? Pour le moment, "on ne voit pas les malades entrer massivement dans les hôpitaux. Les symptômes sont plus ou moins les mêmes que pour Omicron", explique auprès de BFMTV, Alain Peter, un médecin sud-africain.

Si l'Afrique du Sud voit en effet ses hospitalisations repartir à la hausse, cela reste bien plus limité que lors de précédentes vagues. "La vaccination augmente par ailleurs la capacité à neutraliser des nouveaux variants et devrait protéger contre les formes sévères de la maladie", rassurent ainsi les auteurs d'une étude parue le 1er mai.

Une vague de BA.4 et de BA.5 en France?

Pour le moment, les variants BA.4 et BA.5 sont très peu présents en France. Seuls deux cas de BA.4 et six cas de BA.5 y ont été identifiés au 2 mai selon Santé publique France.

"Mais cette émergence d'une nouvelle vague, depuis début mai, en Afrique du Sud peut entraîner une vague en France mi-juin, qui nous occuperait tout l'été", estime de son côté l'épidémiologiste Antoine Flahaut.

"Cela serait une vague de contaminations. Rien ne dit, cependant, qu'elle sera dangereuse."

La France comptabilise en moyenne 8800 cas quotidiens au Covid, soit 27% en moins que la semaine dernière.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles