Covid-19 : fin février 2020, l’heure est encore à l’union sacrée entre l’opposition et le gouvernement

·2 min de lecture
Reunion a Matignon autour du premier ministre Edouard Philippe sur le COVID-19
Reunion a Matignon autour du premier ministre Edouard Philippe sur le COVID-19

Nous sommes le 27 février 2020, à moins de trois semaines d’un confinement généralisé de la France, que personne n’imagine alors encore. Au gouvernement, la gestion de crise prend une tournure plus solennelle ce jeudi-là. Dans un souci d’afficher la mobilisation de son gouvernement, et de préparer toute éventualité, le Premier ministre Édouard Philippe convie à l’hôtel de Matignon tous les responsables politiques du pays : présidents des Assemblées, présidents de groupes parlementaires, présidents de partis et représentants d’associations d’élus locaux. Quatrième épisode de notre série sur les débuts du coronavirus, vus depuis le Sénat.

La dégradation de la situation sanitaire dans le nord de l’Italie crée alors des remous dans les rangs de l’opposition. Il faut donc déminer. Face aux forces politiques, Édouard Philippe rappelle que depuis l’émergence de la crise sanitaire en janvier, les données scientifiques servent de « boussole » aux décisions de l’exécutif, et que la France doit s’adapter en permanence à la menace.

« Il y a lieu ni d’avoir peur, ni d’être négligent », insiste le Premier ministre Édouard Philippe

Aux craintes d’une épidémie sur le sol français, le Premier ministre ne souhaite pas rajouter un conflit politique et laisser un climat de psychose se développer. « Nous voulons répondre à cette inquiétude, en utilisant la seule méthode qui vaille face au risque : la mobilisation, le calme et la raison », fait valoir le Premier ministre, à l’issue de la réunion. Tout est examiné : le nombre de lits ouverts dans chaque territoire, la gestion des masques et des médicaments, les moyens en termes de tests, la politique de quarantaine, les interrogations sur la recherche de vaccin, ou encore l’implication des élus locaux dans la gestion opérationnelle de crise.

Dans la droite ligne de la communication gouvernementale des semaines de février, Édouard Philippe assure dans la cour de Matignon que le pays (...) Lire la suite sur Public Sénat

Daft Punk : même les sénateurs sont fans

Confinement à Dunkerque ? Pour les sénateurs du Nord, « c’est déjà trop tard »

« Une crise sanitaire à l’autre bout du monde, nous concerne tous » : il y a un an, l’irruption du covid-19 dans les travaux du Sénat

Éric-Emmanuel Schmitt écrit sur l’égarement originel pour éclairer le présent

Porno : malgré la loi, les sites toujours accessibles aux mineurs