Covid-19: le festival Lollapalooza annule son édition 2021 et annonce les dates de son cru 2022

Benjamin Pierret
·1 min de lecture
Samedi 22 juillet 2017, lors de la première édition du festival Lollapalooza, à Paris - François Guillot - AFP
Samedi 22 juillet 2017, lors de la première édition du festival Lollapalooza, à Paris - François Guillot - AFP

Les mesures sanitaires auront eu raison des espoirs du Lollapalooza. Le festival parisien annonce ce mardi que son édition 2021, prévue les 17 et 18 juillet, n'aura finalement pas lieu. Il s'agit d'une deuxième annulation, après celle du cru 2020, toujours en raison de la pandémie de coronavirus. "On a tout tenté", regrettent les organisateurs, qui annoncent déjà une nouvelle édition pour les 16 et 17 juillet 2022.

"Au vu des incertitudes qui perdurent dans le contexte actuel, Lolla Paris ne pourra avoir lieu cette année. La magie de Lolla Paris nous manque plus que jamais, et nous avons hâte de revenir l'année prochaine", expliquent-ils dans un communiqué.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Le Lollapalooza, qui a lieu chaque année à l'Hippodrome de Longchamp, précise que les billets des éditions 2020 et 2021 restent valables pour 2022. La présence du groupe Pearl Jam pour ces nouvelles dates est déjà confirmée.

Mesures sanitaires strictes

Après des mois d'incertitude, la ministre de la Culture Roselyne Bachelot a annoncé en février que les festivals d'été pourraient bien se tenir cette année, mais en respectant des conditions drastiques: les jauges seront limitées à 5000 spectateurs assis par représentation. Si certains événements travaillent leur réorganisation pour pouvoir se tenir (les Vieilles Charrues ont décidé de se décliner en dix soirées), d'autres ont déjà annoncé leur annulation, comme Garorock: "La configuration qui est la nôtre (50.000 festivaliers par jour, 40.000 campeurs) ne nous autorise pas à nous inscrire dans les nouvelles normes exigées", avaient regretté les organisateurs.

Article original publié sur BFMTV.com