Covid-19 : les femmes enceintes atteintes par le virus davantage à risque de développer une maladie grave

Johanna Amselem
·2 min de lecture
A pregnant woman wears a surgical mask is washing hands by alcohol gel on the sofa. Protect a COVID-19 (Coronavirus), PM 2.5 and prevent infection to the fetus concept.
A pregnant woman wears a surgical mask is washing hands by alcohol gel on the sofa. Protect a COVID-19 (Coronavirus), PM 2.5 and prevent infection to the fetus concept.

Des analyses américaines ont mis en avant que les femmes enceintes infectées par le virus sont plus susceptibles de tomber gravement malades et de mourir du Covid-19.

Selon une récente étude, rapportée par CNN, les femmes enceintes infectées par le Covid-19 sont plus susceptibles de tomber gravement malades et de mourir du virus. Elles courent également un risque accru d'accouchement prématuré, d’après l’analyse de rapports publiés par les Centers for Disease Control des États-Unis.

Même si le risque général de maladie grave reste faible, les chercheurs ont constaté que les femmes enceintes atteintes de Covid-19 sont plus susceptibles d'avoir besoin de soins intensifs, de ventilation et de soutien cardiaque et pulmonaire que les femmes non enceintes atteintes elles aussi par le virus. L’analyse des différents dossiers a révélé que le taux de naissance prématurée, lorsqu'un bébé est né avant 37 semaines de grossesse, est de 12,9% chez les femmes atteintes du nouveau coronavirus, contre 10,2% dans la population générale. “Cela démontre également que leurs nourrissons sont à risque, même si leurs nourrissons ne sont pas infectés, ils peuvent être affectés”, a noté le Dr Denise Jamieson, directrice du département de gynécologie et d'obstétrique de l'École de médecine de l'Université Emory, lors d'un appel avec des journalistes.

Davantage de soins intensifs

Pour l'un des rapports, les chercheurs ont examiné les données de 461 825 femmes âgées de 15 à 44 ans qui ont été testées positives au Covid-19 entre le 22 janvier et le 3 octobre. Ils se sont concentrés uniquement sur celles qui présentaient des symptômes de la maladie. Les scientifiques ont constaté que les femmes enceintes étaient plus susceptibles d'avoir besoin de soins intensifs, avec 10,5 pour 1 000 femmes enceintes admises à l'USI, contre 3,9 pour 1 000 femmes qui ne sont pas enceintes. Les femmes enceintes étaient trois fois plus susceptibles d'avoir besoin d'aide pour respirer avec une ventilation invasive que les femmes qui ne sont pas enceintes. De même, elles étaient plus à risque de nécessiter une assistance pulmonaire et cardiaque. Elles étaient également plus susceptibles de mourir, avec 1,5 décès pour 1 000 femmes enceintes, contre 1,2 pour 1 000 femmes qui ne sont pas enceintes.

2,6% des nourrissons ont été testés positifs, l'infection était plus fréquente chez les nourrissons dont la mère a été testée positive dans la semaine suivant l'accouchement. Enfin, comme 84,4% des femmes étudiées ont été testées au cours de leur troisième trimestre, des recherches supplémentaires sont nécessaires pour comprendre l'impact de l'infection en début de grossesse et ses effets à long terme sur les nourrissons.

Ce contenu pourrait également vous intéresser :