Covid-19 : faut-il vacciner les enfants ?

·2 min de lecture

Après les avis favorables des autorités sanitaires et scientifiques, la vaccination contre le Covid-19 est désormais officiellement ouverte à tous les enfants de 5 à 11 ans en France, sans obligation ni contrainte. Faut-il pour autant y souscrire ? Analyse des bénéfices-risques pour les enfants.

La vaccination contre le Covid-19 est désormais officiellement ouverte à tous les enfants de 5 à 11 ans a annoncé mercredi 22 décembre 2021 le ministre de la Santé Olivier Véran. Après le Comité national d'éthique (CCNE) qui l'avait jugée "éthiquement concevable" en réponse à une saisine du ministère de la Santé, la Haute Autorité de santé s'est elle aussi prononcé tout en retenue : "La HAS propose d’ouvrir la vaccination (...) sans obligation, sans que cela conditionne l’obtention d’un passe sanitaire, et en priorisant les moins de 12 ans scolarisés au collège." Début novembre 2021, ce sont les sociétés françaises de pédiatrie (SPF) et de pathologies infectieuses (SPILF) qui se montraient peu convaincues de la nécessité de vacciner cette tranche d'âge au-delà des enfants plus fragiles pour qui le bénéfice est plus évident à évaluer. Pour les autres, les sociétés savantes argumentaient "un bénéfice individuel direct très modeste en l’état actuel des connaissances" en raison de l'impact limité de l'épidémie sur les enfants ; et "un bénéfice collectif incertain" dû aux incertitudes planant sur l'efficacité contre la transmission dans le temps. Le tout dans un contexte d'apparition d'un variant Omicron encore plus contagieux que les autres, échappant en partie à l'immunité acquise après infection ou vaccination. Bref, pour les enfants, est-ce vraiment bien la peine ?

Des données de pharmacovigilance rassurantes

Les données de pharmacovigilance préliminaires sont en tout cas rassurantes concernant les potentiels effets secondaires de l'injection comme le détaille la HAS dans sa recommandation "" (p.97). Elles ont été acquises sur près de 10 millions d'enfants vaccinés, essentiellement aux Etats-Unis mais aussi au Canada, en Israël ou en Europe qui ont ouvert la vaccination à l'automne et témoignent d'un risque extrêmement faible d'effets secondaires graves. Selon l'institution, cela serait suffisant pour rendre les modestes bénéfices individuel et collectif attendus pe[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles