Covid-19 : "Il faut travailler tous ensemble pour traquer les nouveaux variants", le généticien Philippe Froguel pointe le retard français sur le séquençage

franceinfo
·1 min de lecture

Depuis plusieurs semaines, des chercheurs s'inquiètent du retard pris par la France en matière de séquençage . Le 3 novembre dernier déjà, l'Académie des sciences et l'Académie de médecine avaient, dans un communiqué commun, appelé à rendre accessibles toutes les séquences détectées du Covid-19 le plus vite possible et pointaient une rétention d'informations trop fréquente.
Séquencer régulièrement permet de repérer l'apparition de nouvelles souches et d'adapter si besoin en conséquence les politiques de lutte contre l'épidémie. Fin décembre, le généticien Philippe Froguel, professeur au CHU de Lille et à l'Imperial College de Londres, avait appelé les pouvoirs publics à la création d'un consortium national
de séquençage. Philippe Froguel estime vendredi 19 février qu'il est plus que jamais impératif d'agir vite et collectivement.

franceinfo : Quelle est la situation en France en matière de séquençage ?

Philippe Froguel : Cela fait deux mois que nous avons alerté le président de la République et les pouvoirs publics. Ce plan de séquençage viral national qu'on nous avait promis devait avoir une partie surveillance et une partie recherche. On est sans nouvelle de [la ministre de la Recherche ] Madame Vidal et au niveau de la santé, j'en tire la conclusion qu'il y a encore des choses pas très claires. La réalité sur le terrain est que les centres de virologie et les deux centres nationaux de référence ont été incapables et seront incapables de répondre aux besoins français (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi