Déconfinement : le repousser à 20h, l’adapter localement, le supprimer... Que faire du couvre-feu ?

·6 min de lecture
Opération de contrôle durant le couvre-feu.

Le couvre-feu est en vigueur depuis le 15 décembre sur l'ensemble du territoire, mais pourrait être "allégé" le 3 mai, annonce l'exécutif.

Réouverture des terrasses et des lieux culturels entre le 13 et le 17 mai, fin de la limitation de 10km pour les déplacements dès le 3 mai... L'exécutif a lancé les premières pistes du plan de déconfinement pour le mois de mai. Pour autant, le couvre-feu devrait rester en vigueur encore plusieurs semaines. Seule indication, il pourrait être "allégé" à partir du 3 mai, indique une source gouvernementale à l'AFP.

La France vit sous couvre-feu depuis le 15 décembre, voire depuis six mois pour les habitants d'Ile-de-France et de huit métropoles. A 21h, puis 20h, puis 18h depuis la mi-janvier et maintenant 19h, la mesure s'applique à des horaires variables depuis six mois qui semblent une éternité, qui devrait encore se prolonger plusieurs semaines.

Une mesure contraignante et jugée peu efficace

Une mesure difficile à vivre et à l'efficacité plus que contestée. "Le couvre-feu n'aurait jamais dû être mis en place. Il permet peut être de contrôler plus facilement les déplacements, mais d'un point de vue sanitaire, l'efficacité est très faible. Au mieux, cela permet de ralentir la hausse de l'épidémie", observe Michaël Rochoy, chercheur en épidémiologie.

Le couvre-feu a été généralisé à tout le territoire à la fin du deuxième confinement, le 15 décembre, puis renforcé face à la hausse des contaminations. Maintenu depuis, il n'a pas permis d'éviter la troisième vague, qui a plus fortement touché l'hôpital que la deuxième vague. 

Évolution du nombre de cas positifs au Covid-19.
Évolution du nombre de cas positifs au Covid-19.

"Le couvre-feu a été utilisé à tort par les autorités comme une mesure permettant de faire baisser l'épidémie et d'éviter le confinement. Sauf que le couvre-feu n'a fait que ralentir la progression de l'épidémie et retarder un confinement inévitable, qu'il fallait décider fin janvier".

Un manque de pédagogie autour du couvre-feu

A la mi-janvier, le couvre-feu a été avancé à 18h pour "contrer l'effet apéro", alors que le nombre de contaminations augmentait. "Le couvre-feu n'a fait que déplacer ces moments au week-end, avec des repas et apéros en journée. Pourquoi ? Parce que le gouvernement n'a pas fait de pédagogie autour du but de cette mesure : éviter les contaminations pendant les repas", déplore Michaël Rochoy, qui pointe une contradiction : pendant longtemps, aucune mesure n'a été prise pour les repas dans les cantines scolaires ou d'entreprises.

"En plus d'être une mesure peu efficace, le couvre-feu est très contraignant : impossible de prendre l'air ou d'aller faire ses courses le soir, d'aller récupérer un plat à emporter pour dîner, ce qui aggrave la situation des restaurants...", liste Michaël Rochoy qui regrette la mise en place de cette mesure.

"Il est délicat d'abandonner le couvre-feu avec une circulation du virus élevée"

À l'heure du début du déconfinement, avec la levée des restrictions de déplacement et la prochaine réouverture des lieux de culture et des terrasses, le couvre-feu doit-il être supprimé ?

"Le problème, c'est que maintenant qu'il est en place, il est délicat d'abandonner le couvre-feu aujourd'hui avec un taux d'incidence encore élevé. Même si la mesure est très peu efficace, la supprimer en ce moment, c'est envoyer un mauvais message à la population", estime Michaël Rochoy. "On a mis en place le couvre feu mi-octobre alors qu'il y avait environ 20 000 cas par jour. Ca n'aurait aucun sens de le lever alors qu'on enregistre plus de 30 000 cas par jour", abonde le docteur Jérôme Marty.

Un couvre-feu décalé à 20h ?

Avec une incidence de près de 500 cas par million d'habitants, la France enregistre l'un des plus hauts taux d'Europe, derrière la Suède. À contre-sens de ce raisonnement, les Pays-Bas, qui enregistrent plus de 450 cas par million d'habitants, une incidence en hausse, ont décidé de lever le confinement le 28 avril prochain.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

En France, la levée du couvre-feu n'est pas évoquée, mais il pourrait être allégé. Selon l'AFP, les plus prudents au gouvernement voudraient le voir retardé d’une heure au plus en métropole, soit jusqu'à 20h, tandis les partisans de la réouverture plaident pour 23h.

Comment alléger le couvre-feu ?

"Si on peut comprendre la logique de le décaler d'une heure pour s'adapter aux jours plus longs, attention à l'effet néfaste que cela pourrait avoir, en incitant aux apéros le soir, puis à prolonger le moment en dinant en intérieur après le début du couvre-feu", met en garde Michael Rochoy.

Autre élément que redoute le chercheur en épidémiologie, "l'effet des terrasses de bar bondées sur un créneau d'ouverture restreint, entre 18h et 20h par exemple, après le travail". Des scènes que l'on a pu voir entre le 17 octobre, date de mise en place du couvre feu dans certaines villes, et la fermeture des bars et restaurant 10 jours plus tard.

Un couvre-feu adapté selon les départements ?

Ce dernier risque pourrait néanmoins être écarté si la piste d'une réouverture des terrasses uniquement le midi dans un premier temps est l'hypothèse retenue par les autorités.

Autre piste pour adapter le couvre-feu, selon la circulation du virus au niveau local : une mesure qui suivrait les propos d'Olivier Véran dans Le Télégramme, lorsqu'il évoquait une "approche territoire par territoire dans la levée des mesures de freinage". "Maintenir les mêmes mesures de couvre-feu dans tous les départements n'a pas beaucoup de sens, alors qu'il y a des territoires où le virus circule peu", commente Michael Rochoy. L'incidence est de moins de 150 dans quatre départements de l'Ouest, quand elle reste' supérieur à 500 dans plusieurs départements d'Île-de-France et dans les Bouches-du-Rhône.

Le taux d'incidence en France selon les départements.
Le taux d'incidence en France selon les départements.

Un couvre-feu à l'allemande ?

Le parlement allemand vient de voter une loi instaurant un couvre-feu plus souple que celui en place dans l'Hexagone. Lorsque le taux d'incidence dépasse 100, un couvre-feu dès 22 heures est instauré. Mais, à la grande différence de la France, malgré l'entrée en vigueur du couvre-feu, faire une promenade seul ou un jogging reste autorisé jusqu'à minuit.

"C'est une bonne idée puisqu'on ne se contamine pas en se promenant seul ou en faisant son jogging. Cela permettrait d'aller s'aérer après le travail sans être soumis à des horaires contraignants", encourage Michaël Rochoy. Emmanuel Macron doit s'exprimer d'ici à la fin du mois d'avril pour donner davantage de détails sur le plan de déconfinement, et notamment sur l'avenir du couvre-feu, qui pourrait durer au moins jusqu'à l'été.

Ce contenu peut également vous intéresser :