Covid-19 : faut-il lever des restrictions pour les personnes vaccinées ?

Matthieu Brandely
·4 min de lecture
Les Allemands vaccinés n'auront pas à présenter de test négatif à l'entrée de certains magasins.

En Allemagne, les personnes vaccinées n'auront plus à respecter certaines mesures de restrictions comme le couvre-feu ou la limitation des réunions privées.

Les Allemands vaccinés vont retrouver un semblant de libertés avant d'autres de leurs concitoyens. Le ministère de la Justice allemand a confirmé que l'Allemagne va lever plusieurs restrictions pour les personnes vaccinées. Parmi ces mesures que les vaccinés ne seront plus obligées de respecter, le couvre-feu, l'obligation d'un test négatif à l'entrée de certains magasins ou encore la limitation des réunions privées. 

Également concernés par cet allègement de mesures qui doit encore être voté au Parlement, les personnes "remises" du Covid, c'est-à-dire étant immunisé après avoir contracté la maladie. Pour le justifier, un test PCR dans les 6 derniers mois sera nécessaire. Une mesure prise alors que l'Allemagne n'a vacciné totalement que 8% de sa population, soit 6,7 millions de personnes. De quoi interroger sur l'idée de mettre une telle mesure en France, où la proportion de personnes totalement vaccinés est un peu supérieure, environ 10%, selon les derniers chiffres officiels.

"Le virus circule trop en France pour lever des restrictions"

Une idée qui peine à convaincre Michaël Rochoy, chercheur en épidémiologie. "Lever ces restrictions avec le taux d'incidence actuellement en France, ce ne serait pas une bonne idée. Il ne faut pas lever trop vite les mesures quand le virus circule autant", met en garde le médecin généraliste, qui rappelle que le virus circule moins en Allemagne qu'en France.

Même si la dynamique est à la baisse en France, l'Hexagone a un taux d'incidence de 261 cas pour 100 000 habitants sur les 7 derniers jours, tandis que ce taux est de 165 en Allemagne, selon les chiffres du 30 avril, date retenue pour éviter un biais dû au 1er mai, jour férié où de nombreux laboratoires étaient fermés. 

VIDÉO : est-il envisageable de se passer du masque ?

"Cela peut convaincre certains de se faire vacciner"

"Alléger les mesures pour les personnes vaccinées, cela peut permettre de relancer la vaccination, mais ce n'est pas un problème qu'on rencontre en France pour l'instant. On a plus de mal à trouver des doses que des volontaires à la vaccination", relève Michaël Rochoy, qui estime néanmoins qu'une telle mesure peut "être utile si la vaccination plafonne, afin de convaincre ceux qui hésitent à se faire vacciner en leur montrant les avantages qu'ils peuvent en tirer".

À LIRE AUSSI >> Covid-19 : faut-il craindre que la vaccination plafonne avant l'immunité collective ?

C'est notamment le cas aux Etats-Unis où plusieurs experts craignent que le pays ne puisse pas atteindre l'immunité collective via la vaccination, en raison notamment de la réticence de nombreux Américains à se faire vacciner.

À LIRE AUSSI >> Covid-19 : Aux Etats-Unis, une immunité collective peu probable

Mais il existe une différence importante dans la stratégie de vaccination entre l'Allemagne et la France, qui peut notamment expliquer le choix d'un allègement des restrictions pour les personnes vaccinées. Si la France n'ouvre la vaccination à tous les adultes qu'à partir de la mi-juin si le calendrier annoncé est respecté, certaines régions allemandes ont déjà ouvert la vaccination à tous depuis la fin avril.

"Dur d'alléger les restrictions si la vaccination n'est pas ouverte à tous"

C'est le cas de Berlin, mais aussi de la Bavière, la Saxe la Hesse et le Mecklembourg, qui permettent à tous les adultes de se faire vacciner, après consultation médicale, mais uniquement avec le vaccin AstraZeneca, en difficulté dans l'opinion publique. Un vaccin qui reste malgré tout déconseillé au niveau national aux moins de 55 ans par le ministère de la Santé allemand.

"A partir du moment où toute la population française n'a pas la possibilité de se faire vacciner, il paraît difficile de lever les restrictions uniquement pour les personnes vaccinées", pointe du doigt le chercheur en épidémiologie Michaël Rochoy.

Olivier Véran réfléchit à l'ouverture d'AstraZeneca à tous les adultes

Une mesure qui pourrait notamment être contraire à la Constitution, et qui pourrait également inciter les plus jeunes, exclus pour le moment de la campagne vaccinale, à se contaminer afin d'avoir un test PCR positif et ainsi déroger aux mesures dont le couvre-feu pour les rassemblements privés.

A LIRE AUSSI >> Faut-il ouvrir le vaccin AstraZeneca à tous les adultes ?

L'idée d'ouvrir la vaccination avec AstraZeneca aux volontaires a été évoquée par Olivier Véran sur France info. Le ministre de la Santé a indiqué avoir saisi la Haute Autorité de santé "en demandant si c'est quelque chose que l'on peut proposer aux Français. J'attends la réponse. Pour l'instant, les premiers échos que j'ai ne sont pas forcément très emballés par cette idée. Peut-être qu'on pourra trancher dans ce sens et donner la liberté de choix aux Français, en leur apportant une information claire, loyale, appropriée". En France, environ 75% des doses d'AstraZeneca sont utilisées, bien moins que les autres vaccins, et alors que la France doit recevoir une commande massive de deux millions de doses cette semaine.

Ce contenu peut également vous intéresser :