Covid-19 : "Il faut que les écoles ferment", plaide Fabien Roussel (PCF)

Le président de la République veut se laisser le temps de décider de nouvelles mesures restrictives pour lutter contre l’épidémie de coronavirus. "On va atteindre cette semaine 100 000 personnes mortes du Covid-19. […] Il y a urgence à prendre des mesures pour empêcher le virus de faire encore autant de dégâts. [Il y a] des mesures fortes à prendre. Aujourd’hui, je regrette que le gouvernement n’ait pas pris des mesures suffisamment tôt pour empêcher ce qu’il se passe dans les hôpitaux, […] afin d’éviter ce pic épidémique", explique Fabien Roussel, secrétaire national du Parti communiste français (PCF), invité des "4 Vérités" de France 2, lundi 29 mars. Les classes vont être fermées dès le premier cas de coronavirus. Des professeurs exercent leur droit de retrait. "Tout aurait pu être mis en œuvre en vaccinant massivement les professeurs et les personnels. Aujourd’hui, c’est une telle situation qu’il faut que les écoles ferment. Peut-être que ces vacances d’avril devraient se tenir sur une seule zone pour tout le monde, en y ajoutant une à deux semaines de plus pour faire en sorte de reprendre le contrôle sur l’épidémie. Il faut que cette fermeture des écoles soit utile pour […] vacciner les agents qui travaillent dans les écoles et les personnels enseignants", indique le patron du PCF. Macron a une "gestion déshumanisée" de la crise Emmanuel Macron refuse tout mea culpa sur sa décision de non-confinement en début d’année. "Je pense que le président à une part de responsabilité dans ce qu’il se passe. C’est une gestion déshumanisée, froide, de cette crise. Il a privilégié l’économie sur la vie", précise Fabien Roussel. Le certificat sanitaire sera opérationnel en juin, a indiqué Thierry Breton, commissaire européen au Marché intérieur. "Il faut y travailler maintenant. Mais, de grâce, que l’on mette en place un tel passeport quand nous serons tous vaccinés", plaide-t-il. Faut-il organiser des réunions non-mixtes pour libérer la parole, comme le promeut l’UNEF ? "Les réunions segmentées selon la couleur de sa peau, sa religion ou son sexe, cela divise le combat", conclut Fabien Roussel.