Covid-19 : face à la propagation des variants, l’incompréhension dans les écoles

L’arrivée à l’école se fait depuis lundi 15 février en horaires décalées dans les établissements scolaires de Dunkerque (Nord). "La sortie, au lieu de 12h c’est 11h30", commente une maman d’élève rencontrée par les journalistes de France Télévisions. Une mesure insuffisante pour les élus locaux qui face à la propagation du variant britannique, réclamaient leur fermeture, à une semaine des vacances scolaires. Un protocole sanitaire allégé sur le reste du territoire Alors que le Covid-19 continue de se propager à un niveau inquiétant, le protocole sanitaire a été revu à la baisse partout en France. Désormais, si un cas du variant britannique est détecté dans une classe, il n’entraîne plus sa fermeture. Seul l’élève positif est isolé. Depuis plusieurs semaines, le nombre de classes fermées a pourtant explosé. On en comptait 371 le 22 janvier dernier, contre près de 1 300 vendredi 12 février. En déplacement lundi 15 février, Jean-Michel Blanquer, le ministre de l’Éducation nationale se défend : "C’est un objectif qui reste absolument fondamental. C’est une fierté française que de maintenir les enfants à l’école".