Covid-19 : face à l'accélération soudaine de la campagne de vaccination, les médecins libéraux naviguent entre "colère", "fatigue" et "réactivité"

Violaine Jaussent
·1 min de lecture

Un week-end sous le signe du vaccin contre le Covid-19. Face à la propagation du virus et de variants, le gouvernement a lancé une opération de vaccination de masse, samedi 6 et dimanche 7 mars, dans les régions les plus touchées par l'épidémie. En Ile-de-France, plus de cent centres ont été ouverts pour écouler plus de 50 000 doses. Le Pas-de-Calais a aussi ouvert de nouveaux sites. Au moins 220 000 personnes ont été vaccinées dans la journée de samedi, selon le ministre de la Santé, Olivier Véran. Des doses "sorties des frigos des hôpitaux français", qui ne les avaient pas encore utilisées, précise à franceinfo le Syndicat des médecins libéraux (SML).

"C'est en train de monter en puissance", assure Philippe Vermesch, le président du SML. "Les libéraux sont très mobilisés. Ils ont réagi au quart de tour vendredi pour s'organiser. Maintenant, on demande aux pharmaciens de faire des stocks pour que les médecins aient toujours des doses", explique-t-il. Car c'est par les pharmacies que transitent les flacons qui contiennent les doses de vaccin (entre six et dix doses par flacon selon les vaccins). Chaque praticien les réserve avant le mercredi soir, puis va les chercher le lundi.

"On travaille comme des fous"

Une logistique pesante pour les médecins généralistes qui se retrouvent en première ligne. Beaucoup sont sur le pont dans le cadre de cette vaste opération lancée ce week-end. Ce qui ne les empêche pas de dénoncer, en même temps, le manque d'organisation. "Nous (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi