Covid-19 : face à la flambée des variants, la Moselle passe à l'action

Les marins-pompiers de Marseille (Bouches-du-Rhône), à la pointe de la traque du Covid-19 dans les eaux usées, sont arrivés dans la matinée du lundi 15 février, en Moselle. Ils sont désormais capables de repérer les variants du virus et établir une cartographie très précise de leur présence sur le territoire. "Si on détecte, on teste massivement, et dans ce lieu-là parce qu’on sait que ce lieu-là, dans six jours, il va faire émerger des nouvelles contaminations", explique Olivier Delcayroy, sous-préfet de Metz (Moselle). Accélérer la vaccination Chaque jour, une centaine de cas positifs aux variants est détectée dans le département. La vaccination a ainsi été accélérée. 2 000 injections ont été réalisées dans le week-end et 30 000 doses supplémentaires sont attendues dans les prochains jours. Les hôpitaux aussi sont mobilisés, comme à Saint-Avold, où l’on se prépare à une éventuelle augmentation des hospitalisations. "Nous avons 40 patients hospitalisés pour le Covid dont cinq en réanimation, et nous nous tenons prêts si besoin à augmenter notre capacité d’accueil", confie le directeur de l’établissement SOS Santé, Denis Garcia. Si la situation semble sous contrôle, les élus du Grand-Est craignent une fermeture des frontières avec leur voisin allemand. Inquiétude relayée aujourd’hui par le secrétaire d’État aux affaires européennes, Clément Beaune, qui s’est entretenu avec les autorités allemandes notamment au sujet des "transports routiers" et des "travailleurs frontaliers", rapporte Caroline Arnold, journaliste pour France Télévisions en duplex depuis Metz.