Covid-19 : les fabricants de vaccins priés de partager leurs vaccins avec Covax

·1 min de lecture

La vaccination commence à atteindre un rythme de croisière dans les pays riches. Mais pour l'Organisation mondiale de la santé (OMS), il est désormais temps de partager. Les fabricants de vaccins sont priés de mettre à disposition du dispositif international Covax la moitié de leur production. Alors que les pays riches ont pris d'assaut les vaccins, Covax, qui fournit gratuitement en doses les pays défavorisés et veut assurer une distribution équitable parmi ceux qui sont en mesure de les payer, ne parvient pas à fonctionner à plein régime.

D'autant que l'Inde - où Covax se fournit principalement en doses - a bloqué les exportations du vaccin fabriqué par le Serum Institute of India pour lutter contre la sévère épidémie qui sévit sur son territoire. Au 4 juin, Covax avait livré plus de 80 millions de doses dans 129 pays et territoires. Bien moins que prévu. Face à cette situation, l'OMS a une fois de plus demandé aux pays riches, qui ont déjà vacciné une partie de leur population, de partager les vaccins. Mais l'organisation a également appelé lundi les entreprises pharmaceutiques à faire preuve de solidarité.

"J'appelle (...) tous les fabricants à donner à Covax le droit de premier refus (c'est à dire se voir proposer les doses en priorité Ndlr) sur les nouveaux volumes de vaccins ou à s'engager à mettre à disposition 50% de leurs volumes à Covax cette année", a déclaré le directeur général de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, en conférence de presse. "La vaccination inéquitable (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Réforme des retraites : pas avant la fin du quinquennat mettent en garde les syndicats
Nucléaire : l’enrichissement de l'uranium en Iran “proche du niveau d'armement", alerte l’AIEA, la situation est “grave”
Air cocaïne : les pilotes ont-ils sciemment participé à un trafic de drogue en bande organisée ?
Scandale à l’université Paris 13 sur fond de pandémie de Covid-19
RSA pour les jeunes : le plaidoyer des présidents socialistes de conseils départementaux