Covid-19 : « Il existe un jeu infini de mutations possibles du génome »

·1 min de lecture
La famille Sars-CoV-2 compte aujourd'hui une multitude de variants.
La famille Sars-CoV-2 compte aujourd'hui une multitude de variants.

Directeur de l'unité de recherche virus et immunité au sein de l'Institut Pasteur, Olivier Schwartz a prépublié le 28 mai dernier une étude dans laquelle il examine l'efficacité relative des vaccins mais aussi des traitements préventifs à base d'anticorps monoclonaux contre le Sars-CoV-2. Ses conclusions montrent à quel point ce virus est retors? Explications.

Le Point : Un variant dit « indien » a été détecté pour la première fois à l'automne dernier en Asie. Où en est-on de sa propagation en Europe continentale et, singulièrement, en France ?

Ancien directeur scientifique de l'Institut Pasteur, Olivier Schwartz, 56 ans, dirige aujourd'hui l'unité de recherche « virus et immunité ». © DROlivier Schwartz : Ce variant, repéré pour la première fois en Inde en octobre 2020, a essaimé dans toute l'Asie avant d'arriver en Europe. À ce stade, trois sous-types ont été identifiés : trois lignées appelées B.1.617.1, B.1.617.2 et B.1.617.3. Compte tenu de l'importante communauté indienne outre-Manche, plusieurs milliers de cas ont été recensés au Royaume-Uni. En France, en revanche, le nombre de cas est encore limité [les autorités sanitaires n'ont recensé, à ce stade, que 80 cas confirmés dans l'Hexagone, NDLR].

Le variant B.1.617.2 est maintenant prédominant dans certaines régions indiennes et semble plus transmissible que les autres. Votre étude montre qu'il est aussi résistant à certains anticorps monoclonaux? mais aussi à certains vaccins !

Nos équipes de l'Insti [...] Lire la suite