Covid-19: en Europe, des reconfinements en ordre dispersé

·6 min de lecture

Les pays européens prennent des mesures de plus en plus strictes pour tenter de contenir la nouvelle flambée de Covid-19, et vont vers un nouveau confinement de leurs populations. L'Autriche et l'Angleterre ont annoncé ce samedi un nouveau confinement pour un mois, tandis que le Portugal sera partiellement reconfiné.

  • Autriche, un couvre-feu et des bars fermés

L’Autriche prend des mesures très restrictives pour faire face à la deuxième vague qui frappe durement ce pays de moins de 9 millions d’habitants, qui enregistrait samedi 31 octobre plus de 5 300 nouvelles contaminations au coronavirus. Le chancelier Sebastian Kurz a annoncé ce samedi ce qu’il appelle lui-même un « second confinement ». Dès mardi prochain à minuit, les bars et restaurants mais aussi les institutions culturelles et sportives, devront donc fermer, précise notre correspondante à Vienne, Isaure Hiace. Les hôtels, eux, ne pourront plus accueillir de touristes mais seulement une clientèle d’affaire. Les magasins et les coiffeurs pourront, en revanche, rester ouverts, tout comme les écoles qui accueillent des élèves jusqu’à l’âge de 14 ans. Pour les autres, l’enseignement à distance sera la règle.

Les Autrichiens ne pourront pas quitter leur domicile entre 20h et 6h du matin, sauf pour certaines raisons particulières, professionnelles par exemple.

  • L’Angleterre se reconfine, mais les écoles restent ouvertes

Avec l’arrivée de l’hiver, la deuxième vague pourrait être être deux fois plus meutrière que la première et les hôpitaux encore plus débordés qu’en avril, selon les conseillers scientifiques de Boris Johnson. Impossible donc pour le Premier ministre d’échapper au reconfinement dès jeudi pour une durée d’un mois. Les 55 millions d’Anglais sont appelés à travailler de chez eux et ne doivent quitter leur domicile que pour des raisons précises comme faire de l'exercice, se rendre à un rendez-vous médical ou faire des courses alimentaires essentielles, rapporte notre correspondante, Laura Kamus. Les commerces non-essentiels, les pubs, les restaurants devront baisser le rideau mais les écoles resteront ouvertes.

Cela représente un revirement de la part de Boris Johnson qui jusqu’à maintenant s'était obstiné à mettre en place des mesures locales, en fonction du nombre de cas. Aujourd’hui, et avec les prévisions alarmants de ses conseillers scientifique, il n’a plus le choix, le Royaume-Uni est le pays le plus touché d’Europe avec plus de 46.000 morts depuis le début de l’épidémie.

Le 22 octobre, l'Irlande a été le premier pays d'Europe à reconfiner toute sa population. Les cinq millions d'Irlandais sont assignés à résidence pour six semaines, mais les écoles restent ouvertes. Les commerces non-essentiels sont fermés et les Irlandais ne peuvent sortir de chez eux pour faire de l'exercice que dans un rayon de cinq kilomètres.

  • En Italie, des flash mobs contre les restrictions

La flambée épidémique se poursuit en Italie. La botte a enregistré près de 32 000 cas de Covid-19 supplémentaire ce samedi. Près de 9 000 rien qu'en Lombardie. Les manifestations se multiplient cette semaine contre les mesures prises pour enrayer l'épidémie. Certaines émayées de violence, comme à Florence vendredi soir. Ce samedi, à Milan, plusieurs flash mobs ont été organisées dans le calme, réunissant à chaque fois quelques dizaines, voire des centaines de personnes.

  • En Belgique, les commerces « non-essentiels » fermés

La Belgique a annoncé un « confinement plus sévère » pendant six semaines pour ses 11,5 millions d'habitants. Les mesures qui entreront en vigueur lundi, incluent notamment la fermeture des commerces « non-essentiels », la limitation des invitations au domicile à une seule personne et, pour les entreprises, l'obligation du télétravail où il est possible.

  • En Espagne, la quasi-totalité des régions bouclées

Un bouclage a été décrété par la quasi-totalité des régions espagnoles afin de limiter les déplacements avant le week-end de la Toussaint, dans l'espoir d'éviter un nouveau confinement. À part l'Estrémadure, peu peuplée, toutes les régions d'Espagne continentale ont bouclé leur territoire ou, comme en Galice, celui de certaines communes, afin de limiter les déplacements. La majorité de ces bouclages dureront deux semaines. À Madrid, la mesure s'appliquera en revanche seulement ce week-end et le suivant, tous deux prolongés.

Ces mesures ont donné lieu à des manifestations dans plusieurs villes, certaines émaillées d'incidents comme à Barcelone où pour la deuxième nuit consécutive de troubles, les contestataires se sont opposés à la police en jetant des pierres et d'autres projectiles.

  • La Slovaquie, premier pays à lancer un dépistage de toute sa population:

45 000 personnes ont été déployées pour pratiquer des tests sur les 5,4 millions d'habitants de ce pays de l'Union européenne. Le Premier ministre slovaque assure que ce plan va permettre de sauver des « centaines de vies » et il assure que l'exemple de son pays sera suivi dans le monde, même si le recurs à des tests antigéniques (considérés comme moins fiables qu eles PCR) est déjà critiqué en Slovaquie. Jean-Stéphane Dhersin est spécialiste de la modélisation des épidémies. Il répond aux questions de Nicolas Falez:

  • Un reconfinement en France

La France est reconfinée depuis vendredi. Ce confinement, qui doit durer a minima jusqu'au 1er décembre, n'est pas tout à fait identique à celui très strict connu au printemps pendant deux mois. Les crèches, écoles, collèges et lycées restent ouverts avec un protocole sanitaire renforcé. On ne peut « prendre l'air » que pendant une heure maximum et dans un rayon d'un kilomètre de son domicile. Le recours au télétravail devient la règle, mais le travail sur site peut continuer. Les commerces « non-essentiels » sont de nouveau fermés, tout comme les salles de cinéma et de spectacle.

À lire aussi : Covid-19: pas de reconfinement en Polynésie malgré la résurgence de la pandémie

  • Le Portugal se reconfine partiellement

Le Portugal sera soumis à partir de mercredi à un nouveau confinement partiel, qui concernera environ 70% de sa population et sera moins strict qu'au printemps. Les mesures déjà en vigueur depuis une dizaine de jours dans trois municipalités du nord du pays seront élargies à partir de mercredi prochain à 121 communes sur un total de 308. Quelque 7,1 millions d'habitants, représentant 70%, de la population portugaises sont concernés. Les personnes concernées seront appelées à respecter un « devoir civique de confinement à domicile », mais pourront quitter leur résidence pour aller travailler, si le télétravail est impossible, ou pour emmener leurs enfants à l'école. Les commerces devront fermer au plus tard à 22 heures et les entreprises devront instituer des horaires de travail décalés.

  • En Grèce, un couvre-feu nocturne

Les autorités ont annoncé un confinement partiel à partir de mardi, avec un couvre-feu nocturne et la fermeture pendant un mois des bars, restaurants et salles de sport à Athènes et dans d'autres villes du pays. La circulation sera interdite après minuit et jusqu'à 5 heures. Les écoles et les commerces de détails resteront ouverts.

  • L’Allemagne ne va pas jusqu’au reconfinement

Le 28 octobre, les autorités allemandes ont annoncé également un nouveau tour de vis pour juguler l'épidémie, mais sans aller jusqu'à un reconfinement. Les citoyens sont invités à éviter les déplacements inutiles et les séjours touristiques à l'hôtel seront interdits à partir de lundi. Les restaurants, bars, installations sportives, culturelles et de loisirs seront fermés. Les écoles resteront ouvertes, de même que tous les magasins, avec des règles plus strictes.