Covid-19 : Il est peu probable que les États-Unis atteignent l'immunité collective, selon les experts

Maxime Poul
·4 min de lecture
À cause des variants plus contagieux et des nombreux Américains réticents à la vaccination contre le Covid-19, les scientifiques estiment que l'immunité collective n'est pas atteignable aux États-Unis.

À cause de la présence de variants du Covid-19 et de la réticence de nombreux Américains à se faire vacciner contre la maladie, il est peu probable que les États-Unis atteignent l'immunité collective.

Depuis le début de la pandémie, l'immunité collective représente le Graal pour tous les pays qui veulent éradiquer la maladie. Elle permettrait enfin aux différents gouvernements de mettre fin aux restrictions pour que chacun récupère sa vie d'avant. Sauf que, selon le New York Times, les experts de santé public aux États-Unis estiment que cette immunité collective n'est pas atteignable, du moins dans leur pays. 

À ce jour, plus de la moitié des Américains de plus de 18 ans ont reçu au moins une dose d'un vaccin contre le Covid-19 et un tiers de la population est entièrement vaccinée, selon les statistiques des Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC). Seul problème, le nombre d'injections quotidiennes ne cesse de diminuer. En effet, plus la campagne de vaccination avance, plus les Américains favorables à la vaccination sont difficiles à trouver. C'est pour cela que de nombreux scientifiques jugent l'immunité collective difficilement atteignable.

"Il est peu probable que le virus disparaisse"

Estimée à 60 ou 70% au début de la pandémie, le pallier de l'immunité collective est désormais estimée à au moins 80% à cause des variants plus contagieux et plus résistants aux vaccins. Un calcul qui pourrait encore être revu à la hausse si de nouveaux variants plus contagieux venaient à se développer, ou si les scientifiques se rendent compte que les personnes immunisées peuvent encore transmettre le virus.

VIDÉO - Covid-19 : aux États-Unis, tout est bon pour inciter à la vaccination

"Il est peu probable que le virus disparaisse", affirme Rustom Antia, biologiste évolutionniste à l'Université Emory à Atlanta. "Mais nous faisons tout notre possible pour vérifier qu'il puisse devenir une infection bénigne." Un changement de perspective qui est un nouveau défi à relever pour les autorités de santé publique. Alors que l'immunité collective a longtemps été présentée comme la solution pour juguler la pandémie, dire que cet objectif ne sera jamais atteint pourrait donner un argument de plus aux anti-vaccins pour ne pas se faire vacciner. 

Il faut que le public "oublie" l'immunité collective

Pourtant, la vaccination reste la clé pour que ce virus ne soit plus qu'une menace contrôlable, estiment les experts. Cité par le New York Times, le Dr Anthony Fauci, le conseiller médical en chef de Joe Biden, appelle le public à ne pas se concentrer sur l'immunité collective, mais uniquement sur la vaccination. "Les gens sont devenus confus et pensent que les infections ne réduiront jamais tant que ce niveau mystique d'immunité collective ne sera pas atteint. [...] C'est pourquoi nous avons arrêté d'utiliser l'immunité collective au sens classique du terme. Je leur dis : 'Oubliez ça une seconde'. Si on vaccine suffisamment de monde, les infections vont diminuer."

À LIRE AUSSI >>> Covid-19 : les États-Unis sont-ils devenus un modèle de la lutte contre le virus ?

Le concept d'immunité collective est en effet très difficile à atteindre dans un pays aussi vaste que les États-Unis et encore plus à l'échelle mondiale. Si 95% de la population américaine est immunisées contre le virus mais qu'une petite ville n'a que 70% d'immunité collective, "le virus s'en fiche", explique le Dr Marc Lipsitch, épidémiologiste à l'université d'Harvard. "[Le virus] fera son chemin dans la petite ville ". 

Difficile d'atteindre l'immunité collective dans le monde

Étant donné le degré de mouvement entre les régions aux États-Unis, une petite vague de Covid-19 dans une région à faible taux de vaccination peut facilement se répandre dans une zone où la majorité de la population est vaccinée. Il en est de même à l'échelle mondiale compte tenu de la connectivité entre les pays. C'est pour cette raison que Natalie E. Dean, biostatisticienne à l'Université de Floride, souligne l'urgence de protéger non seulement les Américains mais également toute la population mondiale. Tous les variants qui apparaissent dans le monde finiront par atteindre les États-Unis, ajoute-t-elle. 

Avec le retard, malgré eux, de très nombreux pays en termes de vaccination contre le Covid-19, il paraît donc très difficile de pouvoir atteindre l'immunité collective, du moins dans un avenir proche. C'est pour cette raison que les autorités de santé ont désormais pour objectif de contrôler l'épidémie et de faire du SARS-CoV-2 une infection légère, plutôt que de l'éradiquer.

Ce contenu peut également vous intéresser :