Covid-19 : enseignants, commerçants, restaurateurs… comment le confinement les a changés

Le 14 mars 2020, à minuit, Laura Doche-Villenav, gérante d’un bar à Rennes (Ille-et-Vilaine), sifflait la fin de la partie. C’est le début du premier confinement. Ce soir-là, c’est un “au revoir” plein d'espoir qu’elle lance à ses clients. Un an plus tard, les équipes de France Télévisions retrouvent cette commerçante dans un bar toujours vide. Elle était loin de s'imaginer ces longs mois à tenter de survivre grâce à l’aide de l'État et celle de ses proches. “J’ai appris le lâcher prise” Même désillusion pour une commerçante de Mulhouse (Haut-Rhin), qui a pu rouvrir sa boutique de lingerie, mais a perdu 400 000 euros de chiffre d’affaires. Aujourd’hui, Claude Esther-Schmitt ne sait pas si son entreprise va s’en sortir. “J’ai appris le lâcher prise, je me projette à quinze jours, c’est mon grand maximum”, lâche-t-elle. Le 16 mars dernier, Philippe Watrelot, professeur d’économie dans l’Essonne, donnait son premier cours en ligne. “Il y a eu un gros moment de panique, tout le monde a été saisi par l’urgence, on a basculé du jour au lendemain, on avait beau nous dire que tout était prêt, mais rien ne l’était”, se souvient-il. Depuis, il s’est perfectionné : il enregistre des vidéos pour les élèves restés chez eux, et fait classe à des demi-groupes. Cette année inédite, que n’auraient jamais imaginé ces trois professionnels, les a changés.