Covid-19 : les enfants aussi sont capables de respecter les mesures de distanciation sociale

Ingrid Bernard
·2 min de lecture
school

Une étude publiée dans Royal Society Open Science montre que les mesures de distanciation sociale mises en place dans les écoles sont plutôt efficaces.

Les écoles jouent-elles un rôle dans la propagation du Covid-19 ? Les chercheurs ont, semble-t-il, du mal à s’accorder sur ce point. Si bien que, d’autres questions émergent. Les enfants sont-ils capables, au même titre que les adultes, de respecter la distanciation sociale ? Les écoles sont-elles en mesure de mettre en place un protocole suffisant pour réduire les interactions ? C’est ce qu’ont voulu savoir des scientifiques de l’Université de Bristol. Ils ont ainsi observé les mesures mises en place dans des écoles primaires britanniques depuis le début de la pandémie. La taille des écoles variait de 65 à 910 élèves, avec une moyenne fixée à 376 enfants contre 282 pour la moyenne nationale. Elles étaient réparties dans tout le pays, avec un mélange de zones urbaines et rurales.

Les directeurs d’écoles volontaires étaient invités à répondre à différentes questions, portant essentiellement sur la mise en place de “bulles” pour isoler les élèves ou groupe d’élèves, le nombre de contacts rapprochés qu’un enfant avait par jour ou encore les mesures adoptées lorsqu’un parent d’élève attrapait la Covid-19.

VIDÉO - Hypothèse d'un troisième confinement : la piste des vacances de février allongées

Des chiffres impressionnants

Les chercheurs estiment qu’avant la pandémie, les enseignants côtoyaient 26 personnes de manière “rapprochée” par jour, dont deux tiers étaient des enfants. Depuis le début de la crise sanitaire, les contacts entre adultes et enfants ont ainsi été réduits par cinq. Un chiffre jugé impressionnant “étant donné que le mélange avec des groupes d’enfants fait partie du travail du personnel enseignant”. Les contacts entre enfants de 4 à 6 ans ont, de leur côté, diminué de 53% et de 62% pour ceux âgés de 10 à 11 ans.

“Notre étude passe à côté de contacts plus courts et plus fréquents”, admettent les chercheurs. Ces derniers ne prennent en considération que les contacts de plus de cinq minutes à un mètre ou plus de distance. “Il semble peu probable que la réduction significative du risque, impliquée par ces résultats, puisse être maintenue avec un retour complet à l’école sans agrandir considérablement les locaux pour maintenir une taille réduite des classes”, jugent-ils.

“Il existe un large consensus sur le fait que les mesures de distanciation physique peuvent être maintenues dans une certaine mesure avec un retour complet des enfants (à l’école NDLR.), mais pas dans la même mesure que celle obtenue en juin et juillet”, concluent les chercheurs. Rappelons qu’à cette période, un protocole très strict avait été mis en place dans les écoles.

Ce contenu pourrait également vous intéresser :